LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Malgré la fin du roaming, son bénéfice net a gonflé de 59%

On peut s’appeler POST mais ne tirer qu’un cinquième de ses revenus de ce métier. Les temps changent et celle qui était jadis l’Administration des Postes est aujourd’hui une structure tentaculaire avec 24 sociétés différentes actives aussi bien dans les télécommunications que dans les services financiers et le courrier.

«Nous sommes une entreprise en transformation dans nos trois métiers et même si nous pouvons être satisfaits d’avoir réussi à stabiliser nos résultats, l’important est maintenant, pour nous, de gagner en efficience», a commenté vendredi son directeur général, Claude Strasser.

En 2017, le Groupe POST Luxembourg a vu son chiffre d’affaires croître de 6% à 769,9 millions d’euros, tandis que son bénéfice net a décollé de 59% à 36,7 millions d’euros, a-t-il fait savoir vendredi.

Métier par métier, les télécommunications ont contribué à 59% des revenus du groupe, devant les métiers postaux et divers (19% chacun), loin devant la finance (3%).

Diversification accentuée

Evènement majeur en 2017, la suppression totale des surcoûts liés au roaming pour les utilisateurs a impacté les revenus de POST à hauteur de 8 millions d’euros. Le contexte régulatoire, la pression tarifaire et l’explosion des données mobiles - multipliées par douze pour l’itinérance entre 2016 et 2017 en volume - ont ponctué l’année.

Du côté du métier postal, le volume des lettres a diminué de 4,2% tandis que celui des colis a progressé de 15%. A noter que le volume des paquets en provenance d’Asie s’est étoffé d’un million d’unités. Selon POST, 10.000 colis arrivent chaque jour en direct d’Asie avant d’être distribués en Europe, ce qui positionne le Luxembourg «comme hub européen pour la distribution de colis en Europe».

En 2017, POST Luxembourg a investi 22% de plus qu’en 2016 soit un montant de 221,5 millions d’euros. En cinq ans, l’enveloppe dédiée à ce poste s’élève à 893 millions d’euros. L’an dernier, l’entreprise a fait l’acquisition de 60% d’une nouvelle filiale, Elgon/Ainos, spécialisé dans la technologie «cloud». Outre la revente de ses parts dans TNT, POST Luxembourg a cédé sa participation de 1,1% dans Eutelsat.

«En tant qu’opérateur télécom tout seul, on risque de perdre du terrain» face aux géants de l’IT, a expliqué Claude Strasser. Le directeur général a expliqué poursuivre la stratégie de diversification du groupe, qui s’élargit encore avec l’entrée cette année dans le capital de l’énergéticien Encevo, à hauteur de 4,71%. De quoi étendre un peu plus le champ d’action de l’entreprise publique. Celle-ci totalisait fin 2017 4.371 salariés.
www.post.lu