VILLERUPT
CHRISTIAN SPIELMANN

Présentation du programme du 41ème Festival du film italien de Villerupt

Mardi matin, les trois monstres sacrés du Festival du Film Italien de Villerupt, Oreste Sacchelli, Antoine Compagnone et Bernard Reiss, ont dévoilé le programme de la 41ème édition qui aura lieu du 26 octobre au 11 novembre. Le thème principal est Federico Fellini et l’Emilie-Romagne, la région au nord de l’Italie, avec Bologne comme capitale. Dans cette partie de l’Italie sont nés des réalisateurs comme Michelangelo Antonioni, Pier Paolo Pasolini, Bernardo Bertolucci, Liliana Cavani et Federico Fellini. A ce dernier est consacrée une carte blanche conçue par le critique et écrivain italien Gianni Canova. Avec le personnage cinématographique le plus connu de l’Emilie-Romagne, le curé Don Camillo, interprété par l’inoubliable Fernandel, s’ouvrira le festival. Une version restaurée par la Cinémathèque de Bologne du «Petit Monde de Don Camillo» (1952) réalisé par Julien Duvivier sera projeté en ouverture. D’autres films réalisés dans le nord de l’Italie sont programmés dans la rétrospective, comme «Le désert rouge» d’Antonioni ou «Storia di ragazzi e di ragazze» de Pupi Avati.

Jurys et l’Amilcar de la ville de Villerupt

On sait depuis la présentation de l’affiche en juin que le réalisateur Jean-Pierre Améris («Les Émotifs anonymes», «L’Homme qui rit») présidera le jury. Il sera assisté par le réalisateur luxembourgeois et lauréat d’un Oscar Alexandre Espigares («Mr Hulot») et le journaliste italien Alberto Toscano. Et il y aura aussi un jury des exploitants, de la critique, un jury jeune et naturellement le public. Les responsables du festival ont dévoilé que l’Amilcar de la ville de Villerupt sera décerné à l’actrice italienne Barbora Bobulova. Ce prix lui sera remis le samedi 27 octobre en soirée à l’Hôtel de ville.

Compétitions et invités

La principale compétition est celle de l’Amilcar du jury. Sept premiers ou deuxièmes films sont sélectionnés, entre autres «Fiore Gemello» de Laura Luchetti, «Hotel Gagarin» de Simone Spada ou «Ricordi?» de Valerio Mieli. Dans la sélection de l’Amilcar de la critique, on peut retenir «Euforia» de Valeria Golino, «Capri-Revolution» de Mario Martone et «La terra dell’abbastanza» de Damiano et Fabio D’Innocenzo. Quant aux exploitants, «Il vizio della speranza» d’Edoardo de Angelis et «Sono tornato» de Luca Miniero devraient attirer leur attention.

Dans la section «Panorama» sont retenus des films grand public, comme «Loro» de Paolo Sorrentino sur Silvio Berlusconi, «Napoli Valata» de Ferzan Oztepek, «Nome di donna» de Marco Tullio Giordana, «Benedetta Follia» de Carlo Verdone ou «Come un gatto in tagenziale» de Riccardo Milani. On espère aussi pouvoir montrer le remake de «Suspiria» par Luca Guadagnino. On attend la visite de Milani, Tullio Giordana, ainsi que les équipes des films en compétition du jury. Un invité de marque a annoncé sa venue, le réalisateur Giuliano Montaldo, dont le film «Sacco et Vanzetti» sera projeté et on reverra Montaldo comme acteur dans «Tutto quello che vuoi» de Francesco Bruni. Le festival sera complété par trois expositions à l’Hôtel de ville à Villerupt, des tables rondes et deux concerts à la Kufa à Esch-sur-Alzette. Les cinéphiles ont hâte à découvrir 73 films italiens au courant de 17 jours de séances quasiment non-stop.

Toutes les informations se trouvent sur le site web du festival: www.festival-villerupt.com