LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

L’assureur a bouclé son exercice sur un bénéfice de 24,8 millions d’euros

Le Groupe Bâloise Luxembourg a vu son chiffre d’affaires progresser l’an dernier tant en assurance vie que non-vie. Pour la première, la croissance est de 21,9% à 1,28 milliard d’euros. L’assureur précise que cette dynamique a été alimentée par la hausse de 23% des produits financiers liés à des fonds, vendus en Libre Prestation de Services (LPS) pour atteindre 1,198 milliard d’euros soit plus de 93% de ses revenus en assurance vie. Les produits traditionnels pour leur part ont progressé de 2,5% à 37 millions d’euros tandis que sur le marché de l’assurance groupe, les revenus ont gonflé de 12,1% à 47 millions d’euros. «Dans toutes les activités, la tendance vers des produits en unités de compte se confirme», peut-on lire dans le communiqué de l’assureur.

Solvabilité au beau fixe

Celui-ci a encaissé 110 millions d’euros de primes en assurance non-vie l’an dernier, soit 2,8% de hausse annuelle.

Il affiche par ailleurs un taux de solvabilité renforcé en assurance non-vie, à 255,8% contre 239,7% un an plus tôt. En assurance-vie, l’indicateur s’est par contre stabilisé autour de 155%. Au final, Bâloise a bouclé 2017 sur un bénéfice de 24,8 millions d’euros, soit 25,9% de plus qu’en 2016. Le groupe entend poursuivre son développement tant dans sa gamme de produits et services que sur le volet de la digitalisation. «La mise en conformité de nos activités avec les règlementations à venir, comme par exemple GDPR et IDD, exige un investissement important de beaucoup de nos employés. Finalement, ces adaptations très conséquentes se solderont également par une amélioration de notre relation avec nos clients et partenaires», a assuré dans un communiqué l’administrateur-directeur général du Groupe Bâloise Assurances à Luxembourg, Romain Braas.

www.baloise.lu