LUXEMBOURG
LJ

Premier congrès européen pour l‘efficacité énergétique et la transition digitale des bâtiments

Et si le bâtiment demain sera par défaut pleinement équipé de technologies de communication lui permettant de communiquer avec d‘autres bâtiments, des moyens de transports, des services et l‘habitant bien entendu? Une vision qui pourrait se réaliser dans un avenir proche, car depuis une dizaine d‘années, le développement de «smart buildings» progresse à une allure époustouflante. On est loin aujourd‘hui de la supposition que «smart» rime uniquement avec efficacité énergétique. Les quelque 280 participants au premier congrès européen pour l‘efficacité énergétique et la transition digitale des bâtiments au Kirchberg ont pu se rendre compte que le bâtiment de demain sera surtout une plate-forme de services très flexible et rapidement adaptable aux besoins des habitants. «Tout le monde parle des «smart cities», mais pour cela, il faut d‘abord des bâtiments intelligents», a souligné Emmanuel François, président de la «Smart Buildings Alliance for Smart Cities», fondée en 2012 et qui compte environ 250 membres aujourd‘hui, dont de grands noms de l‘industrie du bâtiment.

D‘ici la fin de l‘année, l’alliance compte atteindre les 300 membres. «Ils savent que tous les players seront connectés et doivent se réunir autour d’un modèle d’utilisation des données», a expliqué le président de la SBA sur la motivation des membres. Tout en rajoutant que demain, un bâtiment qui ne sera pas connecté «ready to service» perdra en valeur.

Au coeur du dispositif: la sécurité des données

«Les solutions sont toutes là. Il n‘est plus question de faire des «proof of concept» locales mais de partager les expériences en vue de les déployer massivement à l‘échelle européenne», insiste le spécialiste. Selon lui, il est possible de s‘accorder rapidement sur des standards pour tous les équipements sensoriels, pour la communication des données sur base du «open data» et les applications qui les traiteront. Cela permettrait aussi d‘améliorer la sécurité, qui est une problématique centrale. Car si quelqu‘un arrive à contrôler suffisamment de bâtiments et en fait monter suffisamment la consommation électrique, cela risque de conduire à un crash des réseaux d‘électricité dans l‘Europe entière. Autant de questions donc autour de l‘avenir du bâtiment à ce congrès organisé par la SBA, NeoBuild, le pôle d’innovation technologique du secteur de la construction durable au Luxembourg et le Conseil National pour la Construction Durable. L‘événement a vu défiler nombre d‘experts qui racontaient leurs retours d‘expérience et a été une fameuse occasion pour tisser ou renforcer les contacts entre spécialistes.


Plus d‘infos: www.smartbuildingsalliance.org