LUXEMBOURG
LUCIENNE THOMMES

En novembre, le nombre de moustachus augmente en flèche - surtout dans les pays anglo-saxons, où le mouvement «Movember» («Mo» étant un diminutif de «Moustache») attire depuis 2004 l’attentation sur les soucis de santé des hommes, dont les cancers de la prostate et des testicules. A la Fondation Cancer, peu de moustaches, mais une volonté de rejoindre ce mouvement de sensibilisation en informant tout particulièrement ce mois-ci sur le cancer de la prostate. Explications avec la directrice Lucienne Thommes.

«Alors que les hommes sont bien moins à l’aise que nous les femmes pour exposer leurs problèmes de santé, nous avons choisi de parler durant ce ’Movember‘ du cancer qui les touche le plus fréquemment: celui de la prostate. En 2014, 293 nouveaux cas ont ainsi été enregistrés au Luxembourg. La taille de cette petite glande de l’appareil génital masculin qui entoure le début de l’urètre, ce canal qui sert à évacuer urine et sperme augmente avec l‘âge et peut entraîner des troubles urinaires et des problèmes sexuels, voire des complications plus graves, comme des tumeurs.

Au fur et à mesure que ces tumeurs grossissent, ils peuvent s‘étendre au-delà de la prostate et envahir d’autres organes, tels les os, le foie et les poumons. Le cancer de la prostate est d’autant plus pernicieux qu’il se développe la plupart du temps sans symptômes particuliers. Souvent, il n’est découvert que lors d’une analyse de sang où lorsqu’un médecin recherche les causes d’une dégradation de l‘état général du patient ou de douleurs dans le bas du dos ou dans les os.

Malheureusement, à l’heure actuelle, il n’existe pas de facteur de prévention du cancer de la prostate démontré et un dépistage organisé n’est pas préconisé. La seule chose que l’on peut recommander aux hommes de plus de 50 ans - le cancer de la prostate est très rare avant cet âge, mais extrêmement fréquent chez les plus de 80 ans - c’est de se documenter sur ce problème, d’en parler à leur médecin s’ils éprouvent des soucis avec leur appareil urinaire et de prendre soin d’eux.

C’est d’ailleurs une des règles générales: 40% des cancers pourraient être évités en suivant certaines règles d’hygiène de la vie. Evitez le tabac et trop d’alcool, gardez un poids de forme, soyez physiquement actifs et évitez d‘être assis trop longtemps et adoptez une alimentation saine avec beaucoup de céréales complètes, de fruits et de légumes. Protégez-vous des substances cancérigènes.

Et surtout, chers hommes, parlez davantage de vos soucis de santé. Car plus un cancer est détecté tôt, plus grandes sont les chances de guérison.»