LUXEMBOURG
MICHAEL FEIT

Adopté en septembre 2015, le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies reconnaît l’éradication de la pauvreté sous toutes ses formes comme le défi le plus important et un prérequis au développement durable. Depuis lors, chaque 5 septembre est célébrée la journée internationale de la charité. Au Luxembourg, l’ONG Caritas Luxembourg œuvre pour la lutte contre la pauvreté non seulement au Grand-Duché mais aussi à l’étranger. Son responsable de la coopération internationale Michael Feit nous détaille cela. 

«L’éradication de la pauvreté, c’est notre mission principale chez Caritas Luxembourg où nous mobilisons notre savoir-faire. Mais il est quasi impossible de parvenir à l’éradication totale de la pauvreté, quand on sait que près de la moitié des hommes et des femmes dans le monde y sont exposés.

L’approche de Caritas commence avec l’aide d’urgence et de secours, à savoir apporter de la nourriture et des soins de santé de base à ceux qui en ont besoin. Ensuite, nous aidons les personnes à se responsabiliser dans l’objectif de les mettre dans une position pour pouvoir sortir de la pauvreté.

Cela passe par l’environnement, la sécurité, la santé et l’éducation. Les personnes ont besoin d’un environnement avec des conditions de vie dignes. Ensuite, Caritas Luxembourg est actif dans différents projets de formation avec une orientation sur le long terme. L’idée n’est pas de donner la possibilité à un individu de répondre ponctuellement à ses besoins mais tout au long de sa vie. Sans bonne santé, il n’est pas possible de travailler. Caritas Luxembourg en est conscient et est actif dans des programmes d’hygiène, de santé de base mais aussi de soins plus spécifiques.

Avec tout cela, on donne la possibilité aux gens de développer leur propre vie avec la liberté de choisir ce qui est le mieux pour eux. Caritas œuvre dans les pays réputés les plus pauvres tels que le RD Congo ou le Niger mais aussi, en Europe, au Kosovo qui est un pays où le gouvernement luxembourgeois a beaucoup investi.

Au Luxembourg aussi, Caritas Luxembourg s’engage dans la lutte contre la pauvreté. Certes, il est très difficile d’y définir cette problématique comme dans des pays en développement mais beaucoup de gens au Grand-Duché perçoivent le salaire minimum ou le RMG et vu le coût du logement, ils connaissent des fins de mois difficiles. L’épicerie sociale de Caritas Luxembourg met en vente des produits alimentaires et d’hygiène à un tiers des prix du marché afin de donner à ces personnes fragilisées un certain pouvoir d’achat et limiter les risques d’endettement.

Caritas Luxembourg a également des services d’accompagnement sociaux, des logements sociaux et des formations ainsi que des mesures de mises à l’emploi afin de faciliter l’insertion sociale des bénéficiaires.»