BARCELONE
CATHERINE KURZAWA

Escale à Barcelone, la 3ème ville la plus touristique d’Europe

Avec un ensoleillement généreux, un patrimoine soigné, des musées de renommée et une vie nocturne animée: Barcelone a tous les ingrédients pour attirer des touristes venus du monde entier. Ils étaient 32 millions l’an dernier, soit près de 20 fois plus que la population résidente. La capitale catalane est, derrière Londres et Paris, la 3ème ville la plus touristique d’Europe et cela s’en ressent dès l’arrivée. Que ça soit à l’aéroport où le ballet des avions est bien huilé ou bien au port, où de nombreux bateaux de croisière jettent l’ancre une journée avant de poursuivre leur périple en Méditerranée.

Gaudi, l’omniprésent

Qui dit Barcelone dit évidemment Antoni Gaudi. L’architecte est le principal représentant du modernisme catalan, une variante de l’art nouveau marquée par des courbes et un style particulièrement ornemental. La basilique de la Sagrada Familia demeure un exemple en la matière. L’édifice a occupé Gaudi jusqu’à la fin de sa vie et est toujours en travaux. Leur fin est programmée pour 2026, afin de marquer le 100ème anniversaire de la mort de l’architecte. Mais ce dernier n’est en fait pas à l’origine du projet, qui est né alors que Gaudi était âgé de 29 ans, en 1881 sous la houlette de Francisco de Paula del Villar y Lozano. Ce n’est qu’en 1883 que Gaudi a repris le projet avec son style bien à lui. Pour la petite histoire, la Sagrada Familia est un temple expiatoire et donc, les travaux sont financés grâce à l’aumône. Gaudi lui-même sollicitait la générosité des Barcelonais pour ce projet qui lui tenait tant à cœur, quitte à négliger son habitat puisqu’il vivait sur son chantier et même son apparence, l’intéressé ayant une allure débraillée. Ce détail lui a d’ailleurs coûté la vie puisqu’en 1926, renversé par un tramway, l’intéressé n’a été que très tardivement pris en charge par les secours, qui croyaient avoir affaire à un itinérant. Salvador Dali a d’ailleurs rebondi sur l’affaire, considérant que «l’on devrait confier l’achèvement du temple aux chauffeurs de tramway à titre expiatoire».

Mais revenons à la Sagrada Familia, sa visite vaut résolument le détour et l’audioguide fournit de précieuses informations aux visiteurs. Ces derniers ont la possibilité de monter sur le toit de l’édifice et d’observer la vue sur la ville, à tout le moins si la météo le permet. Un conseil, privilégiez une visite soit à l’ouverture, soit à l’approche de la fermeture, afin d’éviter la foule. De toute manière, un achat des tickets en ligne au préalable est requis, le monument affiche régulièrement complet.

Gaudi a aussi marqué d’autres constructions de sa griffe, on pense au Parc Güell. Cet autre emblème de Barcelone était à l’origine un lotissement, dont la construction était pilotée par Gaudi. Mais le chantier a pris beaucoup de retard, à tel point que seuls deux bâtiments sont sorti de terre, les alentours ayant été réaménagés en un parc avec vue sur la ville. Dans le centre de Barcelone, le Palau Güell, la Casa Battllò et la Casa Mila ou Pedrerà valent aussi le coup d’œil.

Miro et Picasso, d’autres symboles

Barcelone est aussi connue pour accueillir la plus grande collection au monde d’œuvres de Joan Miro. De ses débuts avec des paysages à ses toiles surréalistes, le parcours de cet artiste est détaillé aux visiteurs de la Fondation Miro, située au parc de Montjuïc, sur les hauteurs de la ville et à deux pas de l’ancien parc olympique. De cette visite, on retient le talent de Miro pour communiquer sa pensée grâce à des symboles qui agissent comme des cryptogrammes, à une époque où la dictature de Franco empêchait la liberté d’expression.

Enfin, le Musée Picasso de Barcelone ravira les fans du maître mais attention, aucune toile d’envergure n’y est exposée. Le parcours met plutôt en avant la carrière de l’artiste au travers d’œuvres moins connues que celles qui se trouvent désormais exposées dans des grands musées aux quatre coins du globe.

Après ce bouillon de culture, on en oublierait presque que Barcelone est aussi une destination de choix pour les gourmets qui apprécieront les spécialités catalanes mais aussi pour les amateurs de farniente puisque la métropole compte quelques plages. Mais franchement, mieux vaut quitter la ville pour un vrai moment de relaxation. Barcelone est à voir, mais cette ville connaît une telle surchauffe que mieux vaut ne pas en abuser.