PIERRE-ANTOINE KLETHI

Participation des jeunes à la vie politique, application des langues dans le système scolaire et adhésion de la Turquie à l’UE seront les sujets au menu du «hearing» du Parlement des Jeunes dans la salle plénière de la Chambre des Députés cet après-midi où les membres de plusieurs commissions parlementaires discuteront de résolutions afférentes avec les représentants de cette institution créée par la loi sur la jeunesse de 2008. L’objectif principal de cette plate-forme rassemblant des participants âgés de 14 à 24 ans est de favoriser l’engagement des jeunes dans notre société et de rapprocher les jeunes et le monde politique, à travers l’élaboration d’avis et de résolutions qui sont transmis aux acteurs politiques concernés. Justement, trois résolutions ont été adoptées lors de l’Assemblée plénière de clôture de la session 2015/2016 du Parlement des Jeunes la semaine dernière. Explications avec le vice-président Pierre-Antoine Klethi.

«La discussion sur la participation politique des jeunes à la vie politique est un chantier permanent. Nous l’avons notamment vu avec le débat l’an dernier sur l’extension du droit de vote aux citoyens de 16 et 17 ans. Promouvoir cette participation, c’est la mission principale du Parlement des Jeunes et il continuera à soumettre des propositions dans ce sens. L’exemple du vote sur le “Brexit” montre qu’il est essentiel de donner une voix plus forte aux jeunes et de les inciter à s’engager pour construire leur avenir. Il est clair pour nous que l’éducation à la citoyenneté doit se faire pour partie dans le cadre de l’enseignement secondaire. Le Parlement des Jeunes propose d’avancer le début du cours d’éducation civique et d’introduire des discussions et débats sur des sujets d’actualité dans d’autres cours aussi.

En outre, il serait bien que les lycées établissent des liens plus étroits avec des organisations et projets externes, dont le Parlement des Jeunes, et qu’ils valorisent l’engagement dans des activités civiques et/ou associatives. Par ailleurs, tout jeune scolarisé au Luxembourg devrait avoir eu au minimum une fois l’occasion de participer à un échange sur un sujet d’actualité avec des élus. Enfin, le Parlement des Jeunes souhaiterait davantage de feedback de la part de la Chambre des Députés concernant les résolutions adoptées.

Quant à la résolution sur les langues dans le système scolaire, nous pensons qu’il serait bien d’instaurer un programme fixe pour l’apprentissage des langues dans le cycle inférieur, notamment le luxembourgeois, de favoriser le développement de compétences orales dans les cours de langues étrangères, de mettre l’accent sur l’anglais (notamment à l’oral), parmi les langues étrangères enseignées, et de donner aux élèves la possibilité de choisir dans quelle langue ils préfèrent suivre leurs matières secondaires dans le cycle supérieur (français, allemand, voire anglais). Enfin, nous présenterons aujourd’hui au Parlement une résolution sur l’adhésion de la Turquie – repassée au premier plan avec les événements du weekend dernier – à l’UE. De notre point de vue, ce pays continue de ne pas remplir un nombre important de critères politiques et socio-économiques, ainsi que relatifs à la politique étrangère et de sécurité, pour une telle adhésion.»

www.jugendparlament.lu