LEUDELANGE
JOS. MEYER

Le 18e salon Interbouche a fait découvrir des nouveautés alimentaires étonnantes

Les prochaines fêtes de fin d’année sans les plaisirs de bouche et sans ces nouveautés gastronomiques qui vont égayer yeux et palais, que seraient-elles? Il est vrai que les divers secteurs alimentaires, soucieux de consolider les chiffres d’affaires, sont obligés d’innover continuellement en vue de préserver leurs parts de marché.

Et c’est précisément à l’occasion des fêtes de fin d’année, lorsque les professionnels des métiers de bouche, de même que les consommateurs, recherchent les produits gastronomiques sortant de l’ordinaire, que la créativité des producteurs arrive à s’exprimer
avec vigueur.

Encore faut-il trouver à Luxembourg un endroit où ces nouveautés peuvent être présentées. Ce lieu c’est «La Provençale» à Leudelange, un mini-Rungis qui mériterait bien d’être appelé «ventre de Luxembourg», car il s’agit de la plaque tournante nationale pour tout ce qui touche à l’alimentaire dans notre pays. Ce «ventre» fait bouger actuellement tous les secteurs concernés, car dans le cadre de la 18e édition du salon Interbouche, qui vient de se terminer jeudi dernier, il fallait présenter aux visiteurs un éventail très large de ce qui se fait actuellement dans ce domaine si exceptionnel et captivant qu’est l’alimentation. Inutile de préciser que des milliers de professionnels originaires du Grand-Duché et de la Grande région avaient fait le déplacement à la rencontre des producteurs et distributeurs.

Une fois encore, on notait des nouveautés révolutionnaires dans les différents secteurs alimentaires. Dans l’impossibilité de les mentionner toutes, nous nous limiterons à celles dont on parlera certainement au cours des prochaines semaines et mois en raison de leur côté innovant tout à fait étonnant.

«Basic Textur», une base magique

La toute grande nouveauté qu’on n’a pas le droit d’ignorer fut celle présentée par le groupe allemand «Herbafood», situé à Werder, et dont les produits permettent désormais de réaliser rapidement des sauces sans avoir besoin de recourir à des farines, stabilisateurs, colorants et autres produits de synthèse. Il faut savoir que «Basic Textur» repose uniquement sur l’utilisation des fibres du citron, c’est-à-dire la partie blanche se situant entre la peau extérieure jaune du citron et son fruit. Sans colorants, conservateurs et sucres complémentaires, cette base répond aussi aux attentes des personnes intolérantes au gluten et à la lactose. Le produit lie les sauces et les soupes, stabilise les émulsions et permet de réaliser, en un tour de main, les mousses et «espumas» chauds, froids et glacés. «Basic Textur», au goût et couleur neutres, se présente en pâte végétale dont les avantages sont tellement évidents que le produit devrait bien vite devenir le partenaire idéal des cuisiniers avides de disposer de produits de grande qualité et d’utilisation facile et rapide.

Autre présence remarquée à Interbouche: la sculpture signée «Ephém’Art». Grâce à «Ephém’Art», la sculpture des fruits et légumes vient de prendre en effet une dimension nouvelle. Il faut avouer que Laurent & Catherine Doyen ont transformé la sculpture végétale en art. Transformer une grosse patate, un navet ou une belle carotte en sculpture ne pose pas de problème à ces gens qui ont compris que la qualité de la table on la savoure également avec les yeux. Un décoratif qui «se bouffe», à condition toutefois d’aimer le «cru» absolu.

Enfin, disons que les bouchers et poissonniers de l’entreprise familiale «La Provençale», fidèles à une tradition, ont présenté dans le cadre d’Interbouche une multitude de créations nouvelles que le consommateur retrouvera bientôt dans les restaurants et dans les magasins spécialisés.