LUXEMBOURG
SAMUEL HAMEN

Interview avec Anna Leader, lauréate du Concours littéraire national 2014

C’est un manuscrit en langue anglaise, A Several World Vienna 1912-1919, qui a permis à Anna Leader, 18 ans, de remporter le premier prix de la «catégorie Jeunes» du Concours littéraire national 2014. Le récit, encore inédit, est d’ores et déjà le troisième roman de la jeune écrivaine. Il fournit un aperçu historique de la jeunesse dorée viennoise en suivant la vie de l’adolescente Anna Freud, fille du célèbre Sigmund Freud, pendant la décennie qui englobe la Première Guerre mondiale.

Pourquoi avez-vous choisi cette époque précise comme cadre de votre histoire?

Anna Leader L’année dernière, quand j’étais encore lycéenne, mon prof d’histoire nous a dit qu‘à un certain moment, à Vienne, en 1912 ou 1913, plusieurs grands personnages avaient probablement évolué dans un périmètre de moins de cent mètres: Trotsky, Hitler, Freud, Tito, et Staline. J’étais surprise, et je voulais en savoir plus; j’ai commencé à faire des recherches sur cette période. La littérature, l’art, la psychanalyse, la guerre et la révolution : tout se concentrait vraiment à Vienne à cette époque. Les personnages de Trotsky, Freud, et Klimt m‘étaient si très vifs, de même que l’adolescente Anna Freud, autour de laquelle j’ai construit mon roman.

Les défis posés par le roman semblent très exigeants pour une jeune auteure. Le projet fut-il laborieux?

Leader Oui et non. Celui-ci est mon troisième roman, et donc je me suis déjà habituée au processus d‘écriture des œuvres longues. Mais A Several World est mon premier roman historique, et j’en ai écrit la plupart pendant mes examens du baccalauréat international. J’ai rédigé 140.000 mots en seulement trois mois. Pour être franche, je suis surprise d’avoir fini l’œuvre !

Vous avez choisi de présenter un roman en langue anglaise. Envisagez-vous d’écrire en d’autres langues à l’avenir?

Leader Pas exactement, je pense que j’écrirai toujours en anglais, mais j’aime bien traduire des textes et des poèmes français et allemands. J’apprécie beaucoup la littérature de ces deux pays, et la traduction est la meilleure façon de s’engager dans cette tradition. En fait, j’ai rencontré mon petit-ami il y a un an à une distribution de prix pour un concours de poésie en traduction!

La prose a-t-elle, de manière générale, votre préférence?

Leader J’ai toujours préféré la poésie, mais plus récemment, quand j’ai commencé à écrire des romans (à seize ans) je suis tombée amoureuse de la rédaction en prose. C’est plus facile d’être emporté quand on écrit de la prose, on écrit tellement rapidement et l’histoire se déploie sous ses doigts avec sa propre volonté. Pour moi, la prose est moins technique et plus libératrice que la poésie.

Avez-vous d’autres projets littéraires?

Leader Je viens de finir mon premier semestre à Princeton, et je n’ai pas eu le temps d‘écrire depuis que j’ai terminé A Several World. Mon projet littéraire actuel est mon petit carnet de notes, que j’emporte partout avec moi et dans lequel je prends des notes sur ce que je vois et ce que je vis.

Quand j’en aurai le temps, je transformerai ce bouquin en roman ou en poèmes.


La remise des prix du Concours littéraire nationale 2014 se déroulera mardi soir (02.12) à partir de 19:30 au Centre national de littérature à Mersch.