LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

C’est ce qui ressort des dernières prévisions du Statec diffusées vendredi

Des prix qui augmentent moins qu’attendu et l’impact d’effets exceptionnels, voilà ce qui pousse le Statec à revoir ses prévisions d’inflation et l’estimation de la prochaine tranche indiciaire. Vendredi, l’institut de Statistiques a annoncé qu’il tablait sur une hausse des salaires et traitements au 3ème trimestre de cette année, et non plus au premier semestre comme annoncé précédemment.

Un effet de l’indexation de janvier 2017

Il faut dire qu’en janvier 2018, l’inflation a glissé à 1,1% et même 1,0% pour l’inflation sous-jacente. Ce phénomène s’explique d’un côté par les soldes d’hiver qui ont poussé les prix à la baisse, notamment dans l’ameublement mais aussi les articles d’habillement et les chaussures dont les tarifs ont fondu de plus de 15% en un mois. D’autre part, un effet de base pèse sur la statistique: «Certains prix avaient augmenté davantage il y a un an en raison notamment de l’application d’une tranche indiciaire en janvier 2017», note le Statec dans son communiqué. Autrement dit, le taux d’inflation est impacté négativement par l’indexation survenue il y a un peu plus d’un an.

Des fondamentaux favorables

Ajoutez à cela les nouveaux tarifs des chèques-services accueil qui impactent la progression annuelle des prix à la consommation «jusqu’en novembre 2018» et vous obtenez une série de freins à l’inflation. Le Statec souligne toutefois que les fondamentaux conjoncturels sont favorables avec une croissance économique soutenue au Luxembourg et dans le monde entier. Cela s’en ressent notamment sur les prix pétroliers pour lesquelles les perspectives de croissances sont favorables.

D’ailleurs, ces derniers figurent - avec l’électricité - parmi les plus gros contributeurs à la hausse de l’indice des prix à la consommation pour janvier 2018 avec une hausse de 2,3%.

«L’inflation sous-jacente devrait se rapprocher à nouveau de 2% vers la fin 2018», prévoit le Statec qui, dans son scénario central, table déjà sur une autre indexation de 2,5% à l’horizon du dernier trimestre 2019.


www.statistiques.public.lu