HOBSCHEID
CATHERINE KURZAWA

Sylvie Schmit livre des champignons aux restaurateurs de tout le pays: rencontre

Ne cherchez pas de grande enseigne ni de grande surface de vente. Les Délices de la Nature, c’est une chambre froide, quelques linéaires et une passionnée des champignons: Sylvie Schmit. Cela fait sept ans que la Luxembourgeoise a lancé son entreprise, une manière de renouer à son propre rythme avec la vie professionnelle après une longue maladie.

«Comme mon conjoint est un fou de champignons, on s’est dit pourquoi ne pas essayer avec les champignons?», se souvient-elle. A presque 50 ans, elle enchaîne les coups de fil aux restaurants pour se faire connaître. Sa zone de chalandise couvre tout le Luxembourg et la zone frontalière belge, où elle compte quelques clients. Dans tous les cas, ils sont à plus de 90% des restaurateurs, des traiteurs, des ambassades et même la Cour grand-ducale.

Cultiver, impossible – ramasser, interdit

«Si on veut cultiver, on aurait vraiment besoin d’un village entier parce que ça prend énormément de place», pointe Sylvie Schmit. Et puis, la règlementation en vigueur au Luxembourg limite à 1 kg par personne et par jour la quantité autorisée à la récolte dans les bois. Impossible dès lors d’en faire une affaire. La cueillette de champignons, «c’est un métier oublié», constate la commerçante.

Les champignons et truffes qu’elle vend viennent d’importateurs situés en Allemagne, en Belgique et en France. Mais les marchandises, elles, sont originaires «d’un peu partout». Impossible dès lors de garantir des circuits courts ou du bio, pourtant dans l’air du temps.

«Le champignon est d’office bio, on le trouve dans les bois», pointe le sourire aux lèvres la Luxembourgeoise. «J’ai des difficultés avec ce label du bio», admet-elle plus sérieusement. «Pour moi, tous les bois sont nature et la nature est pure».

Sylvie Schmit fournit des produits à la fois recherchés mais parfois malmenés par les conditions climatiques. «Les champignons sont de plus en plus chers parce que le climat s’assèche». Et pour un produit composé à 90% d’eau, l’impact peut être conséquent.

Dans tous les cas, ses priorités restent la fraîcheur des produits livrés aux différents clients. «On veut rester comme on est parce que je n’arriverai plus à suivre  en pleine saison», admet Sylvie Schmit. L’automne et le printemps sont les moments de l’année les plus chargés pour elle, bien qu’en l’hiver les truffes dopent la demande.

Incontestablement, Sylvie Schmit a pris racine dans le monde des champignons. La revente aux professionnels lui a même valu de devenir partenaire lors du gala du guide Gault&Millau Luxembourg. Une belle récompense pour cette passionnée qui n’oublie pas le goût des bonnes choses.

 

www.delicesdelanature.lu