LUXEMBOURG
DR. SIMONE STEIL

Le ministère de la Santé lance une nouvelle campagne contre l’abus d’alcool qui vise en premier lieu à sensibiliser les jeunes à la prudence dans leur consommation d’alcool. Pourquoi cette campagne à ce moment et pourquoi les jeunes sont-ils particulièrement visés? Explications avec le Dr Simone Steil, Médecin-Chef de la Division de la Médecine préventive au ministère de la Santé.
«Nous pensons que le moment est propice, car nous sommes en pleine saison des bals de carnaval, durant laquelle beaucoup de jeunes sont de sortie et où le risque d’abus d’alcool est plus élevé que d’habitude. À cette période de l’année, nous observons une augmentation du nombre d’hospitalisations pour intoxications éthyliques aiguës..
Je pense que la plupart des gens sont conscients des ravages que fait le mésusage d’alcool. Il est notamment à l’origine d’accidents de la circulation ou d’actes de violence. Mais le mésusage d’alcool affecte surtout durablement la santé aussi, en augmentant le risque de maladies cardiovasculaires, de cancers, de maladies du foie ou encore de troubles mentaux.
Pourtant, selon l’étude “European Health Interview Survey”, la fréquence de consommation hebdomadaire d’alcool est avec 40,6% chez les résidents luxembourgeois plus élevée que la moyenne de l’Union européenne qui se situe à 29,6%. Qui plus est, 11,2% des résidents luxembourgeois consomment de l’alcool de façon excessive au moins une fois par semaine contre 5,5% en moyenne dans l’UE. La même étude conclut aussi que l’âge médian de la première consommation d’alcool s’établit à 15,9 ans au Luxembourg – 15,6 ans chez les garçons et 16,6 ans chez les filles.
C’est très tôt et il est important pour nous de mieux sensibiliser cette jeune population aux dangers de l’abus d’alcool. Pour les informer et les aider à consommer responsable, nous avons opté pour une campagne qui s’adresse directement à eux par une communication à plusieurs niveaux: affiches, actions de terrain pour les sensibiliser, mais aussi une présence renforcée sur les réseaux sociaux et sur Youtube. Nous avons aussi créé le site web www.tropdalcool.lu. On y trouve non seulement une série de conseils pour une consommation d’alcool à risque réduit: il est recommandé notamment aux femmes de ne boire qu’un verre d’alcool par jour et aux hommes de limiter leur consommation à deux verres, d’étaler la consommation sur le temps au lieu de la concentrer sur une courte durée et surtout de ne pas s’enivrer. On propose également une calculatrice qui permet de voir de combien de temps vous avez besoin pour éliminer l’alcool. Par exemple, pour un homme qui consomme trois bières de 25 cl chacune, il faut déjà une heure à peu près pour que son taux d’alcoolémie passe en-dessous des 0,5 gramme par litre de sang toléré au volant et trois heures pour que le corps élimine l’alcool complètement.»