LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Le niveau des prix s’est légèrement tassé au Luxembourg mais reste supérieur à ceux pratiqués en France et en Allemagne

Dans quel pays faire ses courses est-il le plus avantageux en Grande Région? C’est la question qu’a tenté de répondre «L’Etude 4 frontières» de l’Observatoire de la formation des prix diffusée jeudi. On peut y lire que l’Allemagne présente le niveau de prix moyen le plus bas de la Grande Région, surtout pour l’épicerie et le non-alimentaire. Viennent ensuite la France et le Luxembourg, dont le résultat s’est amélioré par rapport à la précédente édition en 2014. Les prix y sont en moyenne 0,1% inférieurs à la moyenne de la Grande Région, grâce surtout aux liquides. En revanche, c’est en Belgique que remplir son Caddie est le plus onéreux, selon l’étude de la société Nielsen à la fin de l’année dernière.

Difficile comparaison

En moyenne, faire ses courses en Belgique coûte 5,9% de plus qu’au Luxembourg. La France est 4,7% moins chère et l’Allemagne 8,8%, selon l’enquête qui a rencontré une contrainte de taille: la difficulté de comparer des produits identiques. Car sur l’échantillon de 100.000 produits, seuls 188 (soit 0,18%) étaient disponibles à la vente dans les quatre contrées étudiées. Cette hétérogénéité se reflète également dans l’offre des enseignes: une grande surface française propose trois fois plus de produits qu’une belge par exemple. Sur les six enseignes luxembourgeoises étudiées, trois présentent une compétitivité supérieure à la moyenne de la Grande Région et l’une d’elles affiche même un avantage de 4%.

Les chercheurs soulignent toutefois qu’il est difficile d’analyser les facteurs de divergence de prix. La TVA moins élevée au Luxembourg «n’est en général pas répercutée sur le prix final» tandis que certains fabricants appliquent des restrictions territoriales qui ne sont pas sans impact pour les commerçants luxembourgeois.