LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

La nouvelle route de la soie et son impact en Europe au cœur d’une conférence vendredi

La nouvelle route de la soie nourrit des ambitions tant de la part de son instigateur - la Chine - que des pays qu’elle traverse. La Chambre de Commerce et ChinaLux ont placé ce projet au coeur d’une conférence vendredi matin au Kirchberg.

«Dans les pays occidentaux, vous voulez voir le retour tout de suite, nous avons en China la patience t’attendre plus longtemps», a expliqué Bo Ji, le représentant en chef pour l’Europe de l’école de commerce chinoise CKGSB.

Présentée en 2013 par le président Xi Jinping, la nouvelle route de la soie réunit 65 pays différents. 1,1 trilliard de dollars ont été dépensés à ce jour et un fond d’investissement de quelque 40 milliards de dollars pour contribuer à ce vaste projet d’infrastructures entre l’Empire du milieu et le Vieux continent.

Vers les 5 trilliards de dollars

Et si la nouvelle route de la soie a déjà quelques réalisations majeures à son actif comme la liaison en train entre le Royaume-Uni et la Chine, d’autres sont encore dans le pipeline. «Je pense que 5 trilliards de dollars seront nécessaires» pour financer le projet, a avancé Bo Ji.

Selon lui, le commerce avec les pays situés le long de cette route pourrait dépasser les 2,5 trilliards de dollars par an dans la prochaine décennie.

A ses yeux, la nouvelle route de la soi apportera une amélioration de la connectivité, une croissance du commerce, une réduction de la pauvreté, des créations d’emplois, des activités financières et évidement une rénovation des infrastructures. Un aspect qui a bien retenu l’attention du Chinois à son arrivée au Grand-Duché: il a confié son étonnement de voir autant d’engins de chantiers dans la capitale. Se disant «impressionné», Bo Ji a expliqué que «cela est un bon signe: la construction signifie le progrès».