CAMBRON-CASTEAU (BELGIQUE)
CATHERINE KURZAWA

Le parc animalier wallon Pairi Daiza propose cette année encore des nouveautés

Les habitués de la Cloche d’Or et de la Place de l’Etoile ne seront pas dépaysés à l’approche du parc Pairi Daiza: les grues y ont aussi leur quartier général, à la distinction qu’elles sont voisines d’autres grues, cendrées cette fois, qui survolent ce vaste site parmi 7.000 animaux différents.

Le parc poursuit en effet son extension avec des projets toujours plus variés. Ainsi, la Terre du froid prend peu à peu forme avec la présence de rennes, de ratons-laveurs, mais aussi d’un vaste restaurant à l’architecture russe. Ce projet représentera le plus grand aboutissement pour le parc qui fête cette année sa 25ème saison d’ouverture au public.

Pour l’occasion, Pairi Daiza joue les prolongations avec des horaires d’ouverture étendus jusqu’à 21.00 et 23.00 certains soirs. Au total, plus de 100 nocturnes sont prévues avec des éclairages et animations particuliers.

Les visiteurs peuvent aussi faire la rencontre de nouveaux hôtes parmi les 600 espèces différentes installées au parc. Citons ainsi l’arrivée de quatre gavials du Gange, une espèce de crocodile, une panthère de Java, un hippopotame nain et une femelle goral gris.

Ajoutez à cela une série de naissances en cours et à venir et toujours une attention particulière portée aux pandas géants. Le parc est en effet le seul de Belgique à accueillir cette espèce rare et le couple arrivé en 2014 a déjà donné naissance à un petit - devenu grand et tellement grand qu’il a désormais son propre enclos. Une nouvelle insémination artificielle a été réalisée au début du printemps sur la femelle, de quoi peut-être remplir une nouvelle page d’un carnet rose déjà bien fourni.

L’air du large à Cambron Plage

Dans un autre registre, le parc wallon s’est doté d’une plage de sable fin histoire d’apporter une nouvelle touche de dépaysement à un parc qui emmène ses visiteurs de l’Afrique à l’Asie, en passant par l’Océanie. Un grand phare de seize mètres de haut a été construit dans ce cadre original, où les phoques ont élu domicile.

D’ici quelques années, d’autres espèces sont attendues dans ce jardin des mondes comme le présente son fondateur, Eric Domb. Des ours polaires devraient en effet rejoindre la Terre du froid, qui sera dotée d’un hôtel de 50 chambres. Une demande de permis d’urbanisme a été introduite pour la construction d’une zone arctique, une forêt sibérienne (taïga) et une grotte de glace où évolueront des manchots. Ceux-ci pourront même être observés depuis un «ice-bar», selon le journal belge «Le Soir».

Autant de nouveautés qui enrichissent un parc marqué par une variété des paysages et des espèces présentes. Comptez une grosse journée pour tout voir mais surtout, n’oubliez pas une bonne paire de chaussures de marche.

www.pairidaiza.eu