LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Les visiteurs ont bravé la météo pour assister à la 11e édition de la Nuit des Lampions

C’est devenu une véritable institution pour le nord du pays. Les visiteurs étaient venus nombreux malgré la pluie samedi soir à Wiltz pour la 11e édition de la Nuit des Lampions. Les jardins de Wiltz se parent de dizaines de lampions de papier, en partie réalisés à la main, tout au long d’un parcours semé de jeux de lumières. Dès la tombée de la nuit, les jardins prennent des airs féeriques, un zoo un peu particulier où l’on peut y croiser notamment un éléphant qui sort de l’eau, une guêpe géante, un dromadaire ou une galerie de personnages enchantés. De quoi faire rêver les familles qui s’étaient préparées samedi pour affronter la météo capricieuse. Vestes de pluie, vêtements chauds, parapluie, les habitués n’auraient pas raté l’événement pour quelques gouttes de pluie !

Les organisateurs avaient de leur côté instauré un système de prévente, 5 euros le ticket, pour faire le plein à l’avance et fluidifier l’entrée sur le site. Il fallait débourser 7 euros une fois sur place. Comme chaque année, les visiteurs sont pour la plupart venus en train. Les plus courageux feront le chemin à pied depuis la gare de Wiltz, ceux qui n’étaient pas d’humeur sportive pouvaient bénéficier de navettes, avec une organisation qui est désormais bien rodée.

Les lampions se cachent un peu partout

Dès le départ, les stands de burgers et autres saucisses réchauffent l’atmosphère, il faut bien ça avant de s’élancer pour le parcours des lampions qui vaut une petite grimpette. Le spectacle a déjà commencé et les troupes de comédiens s’enchaînent, danseurs, cracheurs de feu, les visiteurs sont rapidement mis dans l’ambiance de fête. Le long du parcours en lui-même, on ne sait plus où donner de la tête car les lampions se cachent un peu partout, on airait presque envie de se perdre dans les dédalles des jardins. Une fois la nuit tombée, c’est là qu’on peut profiter un maximum du spectacle avec le jeu de lumière qui sublime au maximum du travail des artistes.

En haut des jardins, les visiteurs sont récompensés par des stands de boissons pour se réchauffer, mais aussi une série de concerts avec notamment le groupe hollandais Altin Gün avec un mélange de rythmes funk et de chansons folkloriques turques, le projet New York synthé pop Half Waif, le groupe islandais Hugar ou encore le groupe rock Halifax. Si les familles ne s’attardent pas, les habitués eux les ont remplacé peu à peu et ils ont pu profiter de l’ambiance jusque tard dans la soirée, les navettes en train partant à plus d’une heure du matin pour les dernières.