LUXEMBOURG
FABIENNE KOLBER

Joué pour vous: Watch Dogs

Watch Dogs a crée pas mal de discussions jusqu’au moment de sa sortie, déjà repoussée de quelques mois. Des graphismes et un gameplay qui diffèrent depuis son annonce ont laissé les joueurs perplexes. Mais tout n’est pas perdu pour ce jeu en monde ouvert, se déroulant à Chicago, qui est un terrain de jeu très vaste. Dans cette ville où tout est connecté, le joueur pourra utiliser un smartphone pour pirater ou «hacker» son environnement et prendre le contrôle de tout ce qui est numérique.

L’histoire tourne autour d’Aiden Pearce, un jeune homme désirant venger la mort de sa nièce, en trouvant les coupables. Grâce à son talent de hackeur et de certains compagnons qu’il va rencontrer tout au long de l’histoire, Aiden se battra jusqu’au bout, en faisant face à de nombreux ennemis.

Nouvelles mécaniques

L’histoire et les missions dans Watch Dogs sont longues et très nombreuses. Si la grande nouveauté de ce jeu, le hacking, semble étrange à première vue, cet élément de gameplay se montre très passionnant et stratégique au cours de l’histoire. Par la pression d’un simple bouton, le joueur peut pirater un grand nombre d’objets comme des ponts, des portes ou des explosifs, pour distraire les ennemis et donner un avantage à Aiden. Au lieu d’utiliser des armes, le joueur peut se servir de caméras à distance pour repérer les ennemis et essayer de les éliminer grâce aux éléments du décor. Il peut également en savoir plus sur son environnement et même des informations, souvent inutiles mais plutôt marrantes concernant les personnes qui l’entourent, s’affichent à l’écran.

Les missions deviennent tout de même vite répétitives, car entre les infiltrations ou les simples fusillades, le tour est vite fait. Elles se diversifient quand même un peu vers la fin, au moment où l’histoire devient également plus intrigante.

Un autre problème est l’ensemble des personnages et le scénario dans Watch Dogs. Aiden Pearce aurait pu avoir toutes les caractéristiques d’un protagoniste mystérieux et intéressant mais en fin de compte, il nous laisse un peu de marbre. Les personnages secondaires au contraire, sont divers et ont du potentiel, mais ne sont pas assez mis en valeur. Voir ces personnes former une véritable équipe autour du héros masqué les aurait peut-être rendu bien plus attachants.

Forger une identité

Visuellement, le jeu est beau et fluide, surtout les changements entre jour et nuit sont impressionnants, tout comme les nombreux détails à l’écran. Côté durée de vie, le jeu est vraiment long et propose un énorme catalogue de quêtes secondaires et de nombreux objets à collectionner. Ces derniers vont de missions à réalité augmentée jusqu’à de simples jeux de poker et il y en a pour tous les goûts. L’ennui se fait donc rare.

Même avec ses allures d’un GTA-like, Watch Dogs arrive quand même à se forger une certaine identité avec son style et concept original et donc, il parvient à se distinguer des autres jeux dans son genre. Le titre a toutes les cartes en main pour devenir une nouvelle licence intéressante et renouveler un peu le genre «sandbox». Si Watch Dogs continue dans la même direction que les jeux Assassin’s Creed, le second opus aura de bonnes chances à devenir un titre formidable. Testé sur PS4.