LUXEMBOURG
COLETTE MART

«Rencontres Européennes de Luxembourg» à l’Abbaye de Neumunster

Les défis de la presse écrite face à la concurrence de l’Internet et des nouveaux médias. L‘adaptation des journaux nationaux et régionaux aux changements de marché dans la société de l’iPad. Le rôle de la presse dans la construction européenne.

Ceci furent les principaux sujets soulevés à l’occasion des «Rencontres Européennes de Luxembourg» organisées cette année à l’Abbaye Neumunster sur le thème de «l’Europe en quête de sens, médias en quête d’avenir». Les personnalités luxembourgeoises au rendez-vous des tables rondes successives furent Alvin Sold, président des Rencontres Européennes, Danièle Fonck, directrice générale du groupe Editpress et l’eurodéputée et ancienne commissaire européenne Viviane Reding. Les autres invités étaient des directeurs de journaux de France, de Suisse, de Belgique, d’Allemagne et de Russie.

Une gestion économique efficace

La nécessité d’une gestion économique efficace des journaux fut un des premiers thèmes abordés. En effet, confier la direction d’un journal à un journaliste, peut signifier, comme c‘était le cas pour «Le Monde», que toutes les exigences économiques ne sont pas prises en considération. Incontournable de nos jours: une gestion prenant en compte les mutations digitales.

Les grands journaux publient des pages internet, les groupes de presse se lancent également dans l‘édition d’un journal gratuit, et c’est la diversité dans la presse qui fait vivre aujourd’hui l‘édition de journaux.

Les directeurs de journaux confirmaient en général que leurs publications ont aujourd’hui même plus de lecteurs qu’autrefois. Les journaux ne sont pas bon marché, mais l’acheteur ne les paie pas, ce sont les annonceurs qui paient. Le marché de la presse fonctionnerait bien, ont souligné les intervenants, le public désire être informé et un journal est lu en général par deux à trois personnes. Le débat a également porté sur le traitement d’une série de grands débats européens dans la presse. Par exemple, l‘épineuse question des contingents de l’immigration en Suisse a été traitée avec retenue dans la presse helvétique, qui était consciente du fait qu’une telle politique pourrait interférer avec les règles européennes de la libre circulation des travailleurs.

Donc, les journalistes étaient conscients qu’une telle politique pourrait compliquer les rapports de la Suisse avec l’UE. D’ailleurs, la presse suisse a toujours été favorable à l’adhésion européenne.

L‘intégration européenne avance

A propos de l’intégration européenne: Viviane Reding considère qu‘elle avance, puisque pour la première fois dans l’histoire de l’Europe, les groupes politiques européens se sont présentés avec un candidat leader commun pour la présidence de la Commission européenne. Il y aurait certes des polémiques sur l’Europe, mais l’intégration serait sur les rails. Quant à la présence de l’Europe dans la presse, Viviane Reding expliqua que l’UE passe par la presse régionale quand elle veut atteindre les citoyens européens.

Si Viviane Reding par exemple aimerait atteindre les gouvernements, elle utiliserait plutôt les grands journaux nationaux. La députée européenne profita de l’occasion pour s’insurger contre la haine exprimée parfois dans l’opinion publique contre les politiques.

Les lois sur la presse s‘écrivent d’ailleurs au niveau national, et la Commission européenne n’aurait jamais pris l’initiative de soutenir la presse régionale.