LUXEMBOURG
FABIENNE KOLBER

Le succès du genre apocalyptique ces derniers temps est surtout dû à la franchise «The Walking Dead», qui, grâce à ses comic-books, sa série télévisée et désormais aussi ses jeux, est admirée par des fans du monde entier. Le comic américain tout en noir et blanc compte désormais dix-sept volumes, la série va achever sa troisième saison et quelques jeux ont également fait leur apparition sur le marché. L’un d’entre eux, «The Walking Dead» de chez Telltale Games, s’est vu recevoir le titre du meilleur jeu de l’année 2012 à plusieurs reprises. Ce jeu se situe dans l’univers du comic créé par Robert Kirkman, qui y a également laissé sa griffe et raconte une histoire riche en émotions et bouleversements.

L’union fait la force

L’intrigue se déroule autour de Lee Everett, professeur d’histoire à l’université et accusé d’avoir tué un homme. Il est escorté par un policier vers la prison mais va prendre une autre tournure et Lee devra vite faire face à son premier „rôdeur“. Après cette brève introduction annonçant déjà très bien le ton du jeu, Lee va faire connaissance de la jeune Clementine et c’est ainsi que l’émouvante histoire entre ce duo va débuter. Lee s’est pris comme but de protéger la fillette coûte que coûte tout au long de l’histoire et le voyage sera bien rude.

Leur périple va les mener à croiser de nombreux survivants originaux, mais d’autres personnages comme Glenn et Hershel, connus dans le comic et la série, vont également faire une apparition. La plupart des personnages sont mémorables et vont restés gravés dans la mémoire du joueur d’une façon ou d’une autre. Par contre, aucun d’entre eux n’est sûr et pourra se retrouver à la merci de zombies affamés avant même que le joueur puisse réagir. Les morts vivants ne sont pas la seule menace risquant de perturber les survivants, car d’autres humains vont vouloir se battre pour des vivres et en plus de cela, l’ambiance au sein du groupe ne sera pas toujours facile à gérer.

Prise de décision importante

Le point fort de The Walking Dead n’est pas son gameplay point and click, qui consiste à examiner certaines parties du décor, de résoudre quelques simples puzzles ou de survivre aux quelques passages de tirs et combats peu précis. Il consiste à raconter une histoire émouvante et à faire réfléchir en tant que personne et non pas en tant que joueur. C’est à ce dernier de prendre des décisions souvent difficiles et stressantes, qui affecteront toute l’histoire car tôt ou tard, chaque décision prise va se répercuter sur Lee et ses amis. Le jeu arrive même à faire regretter au joueur ses choix, et ce sont les autres personnages qui feront bien remarquer leur déplaisance à Lee. Mais d’autres au contraire, le soutiendront encore plus, comme Clementine, qui dans tout ce désastre, va faire preuve d’une grande intelligence et de beaucoup de courage, rarement vus dans un jeu. Les moments de répit dans l’histoire se font rares et elle a comme point fort de ne jamais devenir prévisible et de surprendre avec des moments inattendus, choquants et terrifiants. Les nombreux dialogues, les expressions des personnages, la bande originale et en général toute l’ambiance sont uniques et arrivent encore mieux à propulser le joueur dans la peau de Lee, en se demandant, ce que lui irait faire à sa place.

Les épisodes, un succès signé Telltale Games

Les développeurs Telltale Games sont connus pour leurs jeux point and click, subdivisés en plusieurs épisodes, comme Sam & Max ou Retour Vers le Futur. Leurs prix sont intéressants, les épisodes proposent environ deux heures de jeu et ont une énorme rejouabilité. Après le succès de cette première saison de «The Walking Dead» constituée de cinq épisodes, il est évident que Telltale Games annonce une seconde saison. «The Walking Dead» est un jeu mettant les personnages et les émotions en premier plan, et l’apocalypse et ses dangers en second. À jouer, absolument.
Disponible sur PC, Mac, Xbox 360, PS3, iOS.