ESCH-SUR-ALZETTE
CHRISTIAN SPIELMANN

Line Renaud a triomphé dans «Harold et Maude» à Esch-sur-Alzette

En 1971 sortit le film de Hal Ashby «Harold and Maude», avec Bud Cort et Ruth Gordon dans les rôles principaux. L’auteur du scénario et du livre, Colin Higgins, a aussi adapté son histoire pour la scène. Mais, hélas, la pièce n’a survécu que quatre séances au Broadway en 1980.

Jean-Claude Carrière a eu plus de chance avec son adaptation française car la pièce rapporta un énorme succès à Paris en 1973, avec Madeleine Renaud dans le rôle de Maude. L’année passée, la pièce a été reprise au théâtre Antoine avec Thomas Solivéres et Line Renaud, sous la direction de Ladislas Chollat. Dimanche soir, la troupe a fait escale au théâtre d’Esch-sur-Alzette.

Deux caractères opposés

Harold (Thomas Solivéres) est pendu au plafond, alors que sa mère Hélène (Stéphanie Bataille) explique à la nouvelle bonne Marie (Sylvia Amato) les directives pour la soirée a venir.

Marie est terrifiée par la blague du jeune homme qui aime feindre des suicides pour choquer les gens. Alors qu’il visite un enterrement, pour se détendre, il fait la rencontre de Maude (Line Renaud), qui frôle les 80 ans. Elle aime aussi les enterrements mais pas pour célébrer la mort mais la vie. Etant tout le contraire du pessimiste Harold, elle sait lui donner le goût des choses simples de la vie. En plus, elle ne respecte guère la police, ni la propriété d’autrui, notamment la voiture du père Finnegan (Benjamin Boyer).

Des gags à gogo

Durant le premier acte, les gags, aussi bien verbaux et visuels, se succèdent à un rythme formidable dans cette histoire originale portée par ses protagonistes. Stéphanie Bataille est sublime dans le rôle de la mère qui reste très cool à l’égard des tentatives de suicide fictives de son fils. Sylvia Amato suscite les rires avec son jeu de femme de ménage, horrifiée de telle sorte qu’elle commence à kiffer. Chloé Catrin joue trois jeunes filles qu’Hélène a contacté par une agence matrimoniale. Elle est formidable dans le rôle de Nancy, une fille moulin à paroles. Thomas Solivéres - connu du film «Les Intouchables» dans lequel il incarne Bastien - , joue ce jeune homme, qui déteste la vie et qui aime se moquer des gens en les choquant par ses suicides joués. D’abord son jeu est timide, puis il explose dans sa joie d’avoir trouvé son âme sœur qu’il veut même épouser.

L’apothéose: Line Renaud

Line Renaud aura 85 ans le 2 juillet prochain. Elle a commencé sa carrière comme chanteuse pour ensuite passer sur le grand et le petit écran.

Line est tout simplement magistrale dans le rôle de Maude, cette femme qui aime la vie et qui ne se gène de rien. Au cours du deuxième acte, on comprend pourquoi Maude est devenue une adoratrice pure et simple de la vie. Originaire d’Autriche, elle a survécu les camps de concentration.

Le spectateur rit et est ému par le jeu drôle et émotif de ce monument de la scène, honnête à chaque instant. Line a aussi mis en valeur sa voix de chanteuse et finit le premier acte en dansant avec Harold la valse «Lippen schweigen» qui fait d’elle une vraie «veuve joyeuse» et de la pièce un moment suprême.