LUXEMBOURGCATHERINE KURZAWA

IMS Luxembourg organise des projets RSE avec une centaine d’entreprises

La responsabilité sociétale des entreprises, voilà un concept dont on entend de plus en plus parler. Au Luxembourg, l’organisation IMS regroupe une petite centaine de firmes engagées en matière de RSE. Qu’il s’agisse d’initiatives sociales ou environnementales, l’idée est d’apporter sa pierre à un édifice en construction permanente. Concrètement, chaque firme verse une cotisation à IMS Luxembourg au prorata du nombre de ses salariés. Elle peut ainsi entrer dans un réseau où contacts et partages de connaissances vont de pairs, pour une thématique qui risque bien de gagner en importance dans les années à venir. Rencontre avec la coordinatrice de l’organisation, Nancy Bastien.

Quelles sont les activités d’IMS Luxembourg?

NANCY Bastien Nous gérons actuellement deux grands projets: l’un sur les partenariats entre entreprises et associations et l’autre sur la Charte de la diversité Lëtzebuerg. Nous avons aussi d’autres plus petits projets sur lesquels nous travaillons avec les membres d’IMS. Pour chacun des projets, un groupe de travail est composé de bénévoles issus d’entreprises membres qui donnent de leur temps de travail pour participer à l’opération. Par exemple, dix personnes sont engagées sur la Charte de la diversité Lëtzebuerg.

Nous coordonnons le tout, produisons des outils, diffusons des bonnes pratiques et faisons des formations ou workshops.
Est-ce que toute entreprise peut être éco-responsable? Par exemple, une firme qui produit des substances nocives peut-elle prétendre à cela?

Bastien Oui, dans le sens où en fonction de son cœur d’activité, on peut essayer d’avoir un impact moins négatif. Une entreprise affiche un message, ça se saura à l’extérieur si elle ne tient pas sa parole. C’est plus négatif pour une firme de communiquer sur quelque chose qu’elle ne fait pas. Pour ce qui est d’une activité polluante, toute entreprise doit essayer d’agir et de trouver des solutions pour compenser l’activité qu’elle a. Il y a des possibilités, mais il faut que la firme soit proactive.

Qu’est-ce que cela apporte aux firmes de publier un rapport RSE?

Bastien Cela permet de formaliser les actions faites et de montrer les progrès réalisés d’année en année. Il faut voir où on en est pour évoluer ensuite. Cela permet aussi d’entrer dans la démarche car elle n’est pas encore obligatoire au Luxembourg. Par contre, la législation européenne avance et pourrait rendre le reporting obligatoire pour les entreprises de plus de 500 salariés qui génèrent un certain chiffre d’affaires.

Quels sont les bénéfices d’appartenir à IMS?

Bastien C’est un réseau très actif qui permet d’avoir un point d’appui pour se lancer dans la RSE. Il y a tellement de sujets possibles et donc, il faut que l’entreprise dispose de points de contacts. Par exemple, nous mettons en lien les firmes et les associations locales pour des projets communs. En fin d’année dernière, nous avons organisé un café pour l’emploi. C’était du volontariat entre neuf entreprises et sept associations. L’idée était d’associer les responsables des ressources humaines et les chercheurs d’emplois. Trois ateliers étaient organisés. L’un pour la correction des CV, l’autre pour la recherche d’emploi au Luxembourg et le troisième dédié à la présentation de soi en entretien d’embauche.

Outre les démarches sociales, il y a également le volet environnemental…

Bastien Oui sur l’environnement, on a la mutualisation des moyens. Dans la zone de Bourmicht par exemple, la mobilité est un grand défi car il y a de gros bouchons et au niveau des transports publics, seule une petite navette relie la gare de Bertrange à la zone d’activités. Cela fait que beaucoup d’entreprises dépensent des milliers d’euros pour des bus pour leurs travailleurs. Cela génère des coûts élevés et de la pollution. Nous avons réussi à mettre en place une nouvelle ligne de bus qui relie la gare de Luxembourg à la zone de Bourmicht. Dès le mois de mai et tous les quarts d’heure, cette nouvelle ligne évitera aux entreprises de devoir prendre des mesures chacune de son côté pour améliorer la mobilité.

Vous êtes membre de CSR Europe. Y a-t-il des échanges avec vos homologues?

Bastien L’an passé, nos homologues suisse et belge ont participé au projet des partenariats. On a échangé toute l’année dans un comité et grâce à eux est née l’idée de créer une bourse d’échange entre entreprises et associations. Dix entreprises et associations apportent des offres et font un échange, gagnant-gagnant. Nous comptons réitérer l’évènement cette année mais à l’échelle nationale, avec beaucoup plus d’entreprises.

Comment se passe l’arrivée de nouveaux membres?

Bastien C’est plutôt par le bouche-à-oreille que des entreprises nous rejoignent. Et nous souhaitons qu’elles soient actives et donc, cela prend du temps dans les firmes pour savoir si on souhaite s’engager etc. Les firmes ne peuvent bien sûr pas participer à tous les projets car cela fait un très large panel mais en général, elles s’attaquent à un sujet lié à l’entreprise. Nous voulons aussi mobiliser davantage les décideurs sur les questions de RSE.

Ne redoutez-vous pas certaines dérives du «green washing»?

Bastien Bien sûr. Mais à partir du moment où IMS communique, c’est que quelque chose a été mis en place et s’est réalisé. Et à partir de là, on ne communique pas sur toutes les entreprises parce qu’elles n’ont pas toutes entrepris une action avec nous. Et globalement, c’est par manque de temps. Mais celles qui prennent part ont toujours des niveaux d’implication différents.

IMS Luxembourg a-t-il fixé des objectifs à atteindre pour la fin de cette année?

Bastien Nous n’avons pas d’objectif quantitatif en termes de nombre de membres. Nous préférons travailler avec des partenaires en fonction des projets. Quant à la Charte de la diversité Lëtzebuerg, nous aimerions avoir 25 nouveaux signataires. Nous avons déjà eu de très belles sessions de signature et il faut savoir qu’elle est ouverte à toute entreprise ou association présente sur le territoire luxembourgeois, qu’elle soit membre ou non d’IMS. Nous voudrions aussi organiser une semaine avec une grande bourse d’échange, un café pour l’emploi et une activité entre entreprises et associations sur un thème environnemental. Nous planifions aussi un CEO event pour davantage les mobiliser et puis aussi un rendez-vous avec des secrétaires généraux.


www.imslux.lu