LUXEMBOURGCATHERINE KURZAWA

Coup d’œil sur les évènements et institutions qui ont rythmé l’année économique au Luxembourg

Le moins que l’on puisse dire, c’est que 2014 a été une année riche en développements et en nouveautés sur la place financière. Le tout s’est déroulé à l’aube du partage automatique des informations bancaires pour les non-résidents européens. Bref, un contexte particulier pour une année qui l’est tout autant. La rédaction économique du «Journal» vous propose de commencer un voyage alphabétique dans l’année écoulée du côté de ceux et celles qui ont rythmé la place financière.

A comme Assurances

Au terme du troisième trimestre 2014, le total des primes encaissées au Luxembourg s’élevait à 18,8 milliards d’euros soit 20,4% de plus qu’un an plus tôt d’après le Commissariat aux Assurances.

Le secteur reste l’une des locomotives de la place financière mais fait face à de nombreux défis, qui vont des évolutions règlementaires au partage des informations sans oublier les phénomènes naturels. Ainsi, les tempêtes du dimanche 6 juillet dernier ont généré cinq millions d’euros de dégâts pris en charge par les assureurs au Luxembourg qui ont répondu à quelque 2.000 dossiers différents. En 2015, le secteur restera sous le feu des projecteurs avec la tenue le 25 mai de la 7ème International Insurance Conference organisée par Insurance Europe à Luxembourg. 400 professionnels de l’assurance issus de 40 pays différents sont attendus.

B comme Bourse de Luxembourg

L’année 2014 a été bien agitée dans l’institution vieille de 85 ans. Après un déménagement remarqué au Boulevard Joseph II en janvier, la Bourse de Luxembourg a enchaîné les innovations avec la cotation en avril du plus grand emprunt «high yield» d’Europe depuis le début de l’année mais aussi quelques opérations qui ont montré l’appétit du Luxembourg pour la devise chinoise Renminbi. En mai, la Bourse de Luxembourg a listé la première émission obligataire libellée en RMB en zone euro et le mois suivant, un protocole d’accord a été conclu avec la «Bank of China». Ajoutez à cela quelques opérations remarquées sur le segment de la finance islamique avec la cotation d’un sukuk pakistanais c’est-à-dire un emprunt obligataire conforme aux règles de la charia, et vous obtenez une année 2014 teintée de nouveautés.

C comme Comptes Chèques Postaux

Le relooking de Post Luxembourg passe aussi par quelques nouveautés. Parmi elles, citons la volonté affichée du groupe de confier son activité bancaire à une banque de la place financière. En juillet dernier, Post Luxembourg a annoncé le début de discussions avec la Banque Raiffeisen pour reprendre ce portefeuille. Depuis lors, la discrétion est de mise de part et d’autre mais une chose est certaine: Post Luxembourg devrait symboliquement conserver l’activité qui serait alors exploitée par le partenaire retenu.

Si le groupe ne communique pas quant au nombre de clients et de comptes, on sait que Post Finance a connu une baisse de ses revenus en 2013 et cela, malgré la croissance du nombre de comptes CCP et des avoirs sur compte et des produits liés.

D comme DSK

C’est sans doute l’arrivée la plus remarquée sur la place financière ces derniers mois: Dominique Strauss-Kahn a fait parler de lui et surtout de la société d’investissement dans laquelle il s’est engagé auprès de son associé Thierry Leyne: LSK. Après des ambitions affichées comme la levée de fonds lors d’un roadshow mené en Chine au printemps, l’actualité de la société et de ses filiales a été nettement moins rose. Un litige l’opposant à l’assureur La Bâloise l’a conduit devant les tribunaux cet été tandis que Thierry Leyne a tenté d’interdire la parution d’un article à ce sujet de nos confrères de «Paperjam».

Finalement, le groupe a été condamné à verser deux millions d’euros à La Bâloise et l’ancien directeur du FMI a démissionné de ses fonctions le 20 octobre. Trois jours plus tard, Thierry Leyne se suicidait et le 7 novembre, LSK a été déclaré en faillite.

E comme Enovos

2014 a incontestablement été l’année de la nouveauté pour l‘entreprise de l‘énergie. D’un côté, elle a inauguré un siège social flambant neuf à Esch-sur-Alzette et de l’autre, le groupe a investi dans de nouveaux projets. Citons notamment la centrale de biogaz inaugurée en septembre au port d’Anvers en Belgique mais aussi l’ouverture d’une première centrale photovoltaïque au Portugal, début octobre. Un agenda bien rempli pour la société qui a su tirer son épingle du jeu grâce à la progression de ses activités en France et en Allemagne. Cela s’est ressenti par une hausse du chiffre d’affaires 2013, 11,7% plus élevé que l’année précédente.

F comme Freeport

On l’attendait depuis des mois, il a enfin ouvert ses portes le 17 septembre dernier: le port franc de Luxembourg a attiré bien des regards au moment de son inauguration, avant de plonger dans la discrétion, «business model» oblige. Sur 22.000 m² répartis sur quatre étages, des chambres fortes hébergent des pièces d’art et des objets de valeur à deux pas de l’aéroport du Findel. Une mine d’or qui génère 80 emplois directs, à en croire sa société d’exploitation. Au total, plus de 50 millions d’euros ont été investis à Luxembourg pour concurrencer d’autres places financières dotées de pareils outils, comme Zurich par exemple. Situé au cœur de l’Europe, le Luxembourg Freeport génère en tout cas une demande certaine puisqu’avant même son ouverture, plus de 60% de sa surface louable étaient réservés.