LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Tango et Telindus, regroupés sous Proximus Luxembourg, sont le premier opérateur à avoir réalisé des connexions en 5G au Grand-Duché

La course à la 5G est lancée depuis de longs mois déjà, et les opérateurs ont mis le paquet pour être les premiers. Les «gagnants» ont clamé la victoire hier: Tango et Telindus (tous les deux regroupés au sein du groupe Proximus Luxembourg depuis le mois de janvier dernier) ont effectué les premières connexions en 5G le 26 avril dernier, soit il y a quasi un mois.

Pour cette première, réalisée en conditions réelles, les équipes techniques du groupe ont déployé un réseau 5G dans leur laboratoire de Bertrange. Elles ont alors pu établir une connexion data mobile et enregistrer des vitesses de téléchargement 5G jusqu’à dix fois plus rapides que la vitesse 4G moyenne actuelle. Pour ce faire, les équipes ont dû obtenir l’autorisation de l’institut de régulation (ILR) d’utiliser temporairement la fréquence 3,6 GHz, offrant ainsi un environnement réel pour essayer toutes les utilisations possibles de cette technologie. Ce dernier, contacté par nos soins, n’a pas pu confirmer l’information selon laquelle Tango/Telindus serait le premier opérateur du pays a avoir déployé le réseau 5G à titre expérimental.

Plus que le feu vert des autorités

A noter que l’appareil utilisé, tout comme le réseau 5G, étaient entièrement conformes à la dernière version de la norme «Non- Standalone 5G - 3GPP’s ’Release 15’» du secteur, norme approuvée en décembre dernier, précise le groupe dans son communiqué.

Sachant que le test a donc été une réussite, l’opérateur n’attend plus que le feu vert des autorités pour lancer la 5G au Luxembourg. L’ILR a dans ce contexte lancé une consultation publique concernant la 5G début mai, notamment concernant les bandes de fréquence utilisées pour déployer la 5G de 700MHz et 3400-3800 MHz jusque la mi-juillet. La fréquence de 3,6GHz utilisée par Tango et Telindus a fait l’objet d’une consultation publique en juin-juillet 2015.

Du côté du concurrent principal, POST, on confirme que ces tests sont bien les premiers. Mais l’opérateur historique du pays est beau joueur: «Nous faisons les choses dans l’ordre et nous sommes toujours dans le processus d’appel d’offre pour choisir le bon fournisseur. Aujourd’hui nous n’avons de toute façon aucun appareil disponible pour marcher avec de la 5G, mais nous sommes confiants d’être prêts pour la mi-2020», estime Luc Welter, directeur «brand et communication» chez POST Group.

Du côté de Proximus, on s’affiche en attente de l’autorisation «Commodo-Incommodo» pour que les équipes techniques puissent activer des sites sur le terrain pour effectuer des mesures en conditions externes. Le matériel est déjà installé et il ne manque plus que cette autorisation pour débuter l’activation. Mais il va falloir être encore un peu patient pour surfer sur internet à très grande vitesse, d’ici un an souligne l’opérateur. Il faudra avant tout s’équiper d’appareils compatibles avec la 5G. Mais la bonne nouvelle, c’est que l’arrivée de la 5G a été préparée, que les investissements nécessaires ont été faits et qu’en fin de compte, cette infrastructure va aujourd’hui permettre d’ajouter plus rapidement la 5G au réseau mobile 4G existant.

De plus, le réseau a déjà suffisamment de capacité pour supporter les vitesses de la 5G au démarrage de la commercialisation. «Les premières étapes du déploiement pourront donc commencer dès que les licences de fréquences auront été attribuées, l’objectif étant de lancer la 5G, pour les clients Tango et Telindus des plus gros bassins de population, d’ici à douze mois», indique l’opérateur.

«Notre réseau est maintenant prêt pour la phase de déploiement de la 5G, qui nous permettra d’offrir de nouvelles possibilités à nos clients résidentiels comme aux entreprises. Nous commençons ce déploiement avec à l’esprit le souhait d’offrir des performances optimales et de pouvoir proposer la 5G à nos clients dans les douze mois à venir», a déclaré Gérard Hoffmann, CEO de Proximus Luxembourg.