LUXEMBOURG
ALLAN COLAS

Le puissant «luchador» Juan avait déja du fil à retordre la première fois dans «Guacamelee», mais ce n’est rien comparé à ce qui l’attend dans la deuxième partie de cette série déjantée

Sept ans après le premier jeu, Juan est retraité et marié à la magnifique Lupita, qu’il a sauvée dans le premier jeu et avec qui il a deux enfants dans la petite ville mexicaine de Pueblucho. Enfin, c’est ce qui se déroule dans le bon univers. En effet, dans un univers parallèle, un autre Juan est mort en essayant de vaincre l’ennemi final et c’est un autre luchador, Salvador, qui le vaincra à sa place. Mais corrompu par le pouvoir que lui a conféré son masque de luchador, celui-ci se met à la recherche de la recette secrète de guacamole divin pour unir le monde de morts avec celui des vivants. Ceci aurait des conséquences désastreuses et Juan doit donc revêtir son masque de luchador pour sauver le mexivers.

Qu’est ce qui à changé?

Comparé à son prédécesseur, celui-ci a superbement été amélioré au niveau sonore et visuel, en y ajoutant une plus grande variété de mélodies latines et des effets de lumière bien plus travaillés. Au niveau du mode de jeu, «Guacamelee 2» mélange magnifiquement le style des metroidvania et beat’em up sans prioritiser l’un ou l’autre. Les combats, bien que répétitifs ne sont jamais ennuyeux, vu la panoplie de nouvelles attaques et de combos que Juan apprend continuellement tout au long du jeu. La difficulté du jeu par rapport au premier a quelque peu augmenté et l’accent se trouve désormais plus sur le platforming que le combat. Il faut maintenant plus de finesse pour se déplacer dans les labyrinthes.

Une nouveauté est que le joueur peut accéder aux améliorations de son personnage à tout moment et non plus seulement aux checkpoints. Maintenant, améliorer ses compétences n’est plus simplement le fait d’avoir amassé assez d’or mais aussi d’avoir exécuté certains exploits dans le jeu, comme par exemple trouver assez de coffres à trésor pour augmenter votre vie ou avoir utilisé une attaque assez de fois pour pouvoir la rendre plus performante. Ceci force le joueur à rester motivé tout du long pour explorer les pièces les plus cachées du jeu.

Une suite sensationnelle

Tout dans «Guacamelee 2» semble mieux réfléchi et exécuté que son prédécesseur. Le jeu ne cesse de trouver de nouvelles façons d’accrocher le joueur de sorte que même les plus difficiles et des fois laborieuses phases du jeu inspirent le joueur à continuer à jouer.

Tout en tout, «Guacamelee 2» regorge de chaleur, d’amusement et de charme, chaque cinématique et quête parallèle ajoutent à ce jeu génial une couche de plaisir supplémentaire à une histoire déjà vibrante.