LUXEMBOURG/HONG KONG
AUDREY SOMNARD

La solution de paiement chinoise aura bien sa base européenne au Luxembourg

Cela faisait cinq ans que l’installation d’Alipay devait se faire au Luxembourg pour poser les bases de son entité européenne. C’est désormais chose faite avec la signature lundi à Hong Kong d’un accord entre Pierre Gramegna, ministre des Finances et Chen Leiming, conseiller général de Ant Financial Services Group (maison mère d’Alipay).

Il s’agit de la plateforme de paiements mobile, intégrée par le groupe chinois Alibaba, le grand concurrent au niveau mondial d’Amazon. Il s’agit donc d’un poids-lourd qui arrive en Europe via le Luxembourg. Les autorités luxembourgeoises ont délivré leur passeport pour les paiements électroniques, une porte ouverte sur la zone euro ainsi que l’Union européenne pour le géant chinois. Mais pour le Luxembourg, c’est un beau coup de communication que les Chinois aient opté pour le Grand-Duché afin de mettre en place leur nouvelle entité, soit Alipay Europe.

Des négociations depuis 2014

Les tractations duraient depuis plusieurs années déjà puisque l’annonce de la venue d’Alipay au Luxembourg avait déjà été faite en 2014! Il faut croire que les négociations ont pris plus de temps que prévu. Déjà présente avec une entité sous licence à Londres, Alipay était jusque là garantie de pouvoir accéder au marché européen. Mais les choses ont beaucoup changé depuis 2014. Les Chinois ont peut-être fini par signer ce passeport européen au vu des incertitudes quant au Brexit. Une licence londonienne ne signifiera peut-être - très bientôt - pas pour autant l’accès au reste de l’Europe.

L’agence de promotion de la place financière «Luxembourg for finance» a expliqué lundi par communiqué que la nouvelle licence PSD2 d’Alipay au Luxembourg permettra au groupe d’exploiter le passeport européen pour servir ses clients à travers l’Europe à l’avenir et connecter les utilisateurs chinois aux commerçants des pays de l’UE.

Quant à l’entité propre d’Alipay au Luxembourg, rien n’a filtré, mais il y a vraisemblablement peu de chances que le bureau européen soit très important en terme d’emplois au Grand-Duché.

Pour le ministre des Finances Pierre Gramegna, cette nouvelle donne encore plus de poids au pays comme lieu incontournable de la Fintech: «La présence d’Alipay est un complément bienvenu dans l’écosystème financier luxembourgeois et consolidera encore sa position de hub européen de premier plan pour Fintech et le commerce électronique. Elle contribuera considérablement au renforcement des liens entre l’Europe et la Chine.»