LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Le pavillon luxembourgeois de l’Expo 2020 Dubaï ne rentrera pas au Grand-Duché

Encore 17 mois de patience et le pavillon luxembourgeois ouvrira ses portes aux 25 millions de visiteurs attendus à l’exposition universelle de Dubaï. Si l’édifice se veut être un exemple en matière d’économie circulaire puisqu’il est composé de matériaux réutilisables, sa durée de vie n’excèdera pas les six mois de l’évènement. «Le pavillon ne rentrera pas au Luxembourg», a annoncé mardi la commissaire générale du Luxembourg auprès de l’Expo 2020 Dubaï, Maggy Nagel. En cause, un coût jugé trop élevé par le gouvernement, de l’ordre de 16 millions d’euros. En décembre 2016, le ministre de l’Economie Etienne Schneider avait pourtant annoncé que l’édifice conçu par le cabinet d’architecture Metaform rentrerait au pays après avril 2021 et la fin des festivités.

Il faut dire que le budget total a déjà été revu à la hausse depuis ses débuts: de 25 millions d’euros annoncés fin 2016, l’enveloppe pointe à présent à 32 millions d’euros. «La construction coûte 30% plus cher qu’ici au Luxembourg», a souligné la Mondorfoise à la presse. Celle-ci a insisté sur l’apport de soutiens financiers externes: le GIE Expo 2020 Dubaï, composé de la Chambre de Commerce, POST Luxembourg, SES et deux ministères va apporter 7,5 millions d’euros tandis que les 5,8 millions d’euros vont revenir des suites de la liquidation de l’agence «Luxembourg for Business» et du surplus de la participation à l’Expo de Shanghai en 2010. Pour la petite histoire, le budget s’était élevé à 15 millions d’euros pour l’évènement chinois. En outre, les entreprises qui le souhaitent peuvent devenir sponsor avec des packages compris entre 50.000 euros et 500.000 euros. ArcelorMittal, Cargolux, RAK Porcelain, Guardian Glass, MCM Steel et ULT ont déjà signé leur contrat, avec des apports tantôt en espèces, tantôt en nature comme pour ArcelorMittal et Guardian Glass qui fournissent des matériaux pour le pavillon. Près de deux millions d’euros ont été collectés auprès des sponsors. «C’est la première fois que le privé participe dans un tel ordre de grandeur à une exposition», a insisté Maggy Nagel.

Un an de construction

Celle-ci multiplie les allers-retours avec Dubaï où débutera d’ici le mois prochain la construction du pavillon luxembourgeois. L’entreprise helvète Nüssli Adunic, spécialisée dans les constructions temporaires, va entrer en piste avec ses sous-traitants. Si les préparatifs de l’évènement émirati sont entachés de soupçons de mauvaises conditions de travail, une charte a été signée par les constructeurs, a expliqué Marc Scheer, secrétaire général du Luxembourg auprès de l’Expo 2020 Dubaï. Il sera d’ailleurs possible, d’ici quelques jours, de suivre en temps réels l’évolution du chantier grâce à une caméra timelapse. La fête du bouquet est programmée en janvier, en même temps qu’une mission économique luxembourgeoise prévue aux Emirats arabes unis. En juillet 2020, le bâtiment de 2.770m² devrait être terminé et entamer une phase de tests avant l’ouverture des festivités, prévue le 20 octobre 2020.

L’équipe planche sur la scénographie qui illustrera les spécificités du Luxembourg comme sa diversité, sa connectivité, sa durabilité, son entrepreneuriat et sa beauté. Tout cela devrait se positionner en ligne avec le thème de l’exposition: connecter les esprits, construire le futur. La programmation comprend aussi un large volet dédié à la gastronomie pour lequel six chefs qui se distinguent sur la scène locale contribueront au menu du restaurant présent dans le pavillon et pourront même y organiser l’un ou l’autre showcooking.

Un partenariat avec l’Ecole d’Hôtellerie et de Tourisme du Luxembourg est aussi sur les rails pour l’élaboration du concept culinaire, la mise à disposition d’un cuisinier et d’un responsable ainsi que des stages. 36 étudiants pourront en effet mettre en pratique leurs connaissances pour éveiller le palais des 80 convives que pourra accueillir le pavillon.

Reste que pour aller jusqu’à Dubaï, il n’existe à ce jour pas de liaison aérienne directe depuis le Luxembourg. «C’est encore en discussion», a reconnu Maggy Nagel en soulignant que Luxair dessert durant l’hiver Ras Al Khaimah, situé à 1.30 de route de Dubaï.

Cette absence de vol direct ne freine en tout pas l’intérêt pour l’évènement, à en croire la commissaire. Elle a affirmé mardi que 3.500 nuitées avaient déjà été réservées depuis le Luxembourg pour aller suivre l’Expo 2020.

www.luxembourgexpo2020dubai.lu