LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Les courtiers proposent des solutions sur-mesure

Yann Gadea est courtier au sein d’AtHome Finance. Dans un contexte de marché immobilier très tendu, le professionnel a une vue d’ensemble des différents partenaires bancaires.

Quelles sont les garanties généralement requises pour un emprunt hypothécaire dans les banques avec lesquelles vous travaillez?

Yann Gadea Chaque banque a une approche différente. Certaines proposent des financements à 100% mais elles sont beaucoup moins souples sur le restant à vivre, d’autres exigent un apport mais sont très souples sur le reste. Cela dépend vraiment du profil du client et de la politique de crédit de chaque banque. Le mieux est de contacter un courtier avant l’achat d’un bien, afin de définir son budget maximum et ses mensualités. Cela permet d’éviter les déconvenues et de mieux cibler sa recherche de bien.

Les taux sont actuellement très bas, cela pousse ou au contraire freine le marché des prêts hypothécaires?

Gadea Il est vrai que les marges sont plus faibles pour les banques, mais elles doivent prêter car elles ont des pénalités si elles ne font pas sortir leur argent. Sur un an, nous avons triplé le volume de prêts contractés par nos clients, c’est dire que l’activité se porte plutôt bien.

Au Luxembourg, nous il n’y a pas un système de cautionnement comme en France, il est ainsi tout à fait possible de faire une garantie sur un autre bien immobilier d’un proche, c’est un système hypothécaire.

Les caisses d’épargne allemandes peuvent débloquer une garantie d’Etat si elles peuvent prouver que le client a déposé au moins 290 euros sur son compte épargne pendant trois ans. Nous nous occupons de déposer le dossier etc, c’est à nous de trouver toutes les solutions qui peuvent exister pour pouvoir emprunter sans apport.

Les banques luxembourgeoises ont longtemps privilégié les taux variables, qu’en est-il aujourd’hui?

Gadea Il est vrai que les taux fixes ont été longtemps moins intéressants car les pénalités en cas de revente étaient très importantes. Mais grâce à la loi de 2016, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Cependant, pour les clients qui voudraient renégocier leurs contrats qui ont été souscrits avant 2016, c’est tellement pénalisant que ça ne vaut pas la peine. Notre coeur de métier est d’amener de nouveaux clients aux banques, nous ne faisons de toute façon pas beaucoup de renégociation de prêts. Cette nouvelle disposition de 2016 permet de mieux adapter le prêt au projet de vie du client, car cela dépend de combien de temps vous pensez occuper le bien, il y a beaucoup de variables qu’il faut discuter.

Dans tous les cas, ce n’est pas le taux qui est le problème au Luxembourg. Ceux qui veulent acheter ne seront pas freinés par une différence de taux. Avec des prix qui ont flambé de 14% (et 11% pour les maisons) pour nos biens chez AtHome, ce que nous observons c’est un manque cruel de l’offre. Sur chaque bien, il y au moins dix demandeurs, et la tendance ne va pas vers l’amélioration.