EMMANUEL SAUVAGE

Ce dimanche 9 juillet marque la Journée internationale de la destruction des armes légères. Lancée par les Nations Unies en 2001, cette journée vise à sensibiliser aux dangers de ces objets. Qu’il s’agisse de fusils d’assaut, de pistolets, d’armes automatiques ou de lance-roquettes, ces armes mettent en danger la vie de millions de civils à travers le monde. Emmanuel Sauvage, le responsable technique de la réduction de la violence armée et spécialiste de la question des armes auprès de l’ONG Handicap International, nous détaille cette problématique.

«C’est une menace présente et très large. Le nombre d’armes disponibles est difficile à évaluer mais on estime qu’il varie entre 500 millions et 800 millions d’unités. Et dans les populations civiles, ces armes feraient environ 500.000 morts ou blessés par an. C’est vraiment un fléau pour l’ensemble de la planète.

Les armes légères se concentrent surtout dans la région du Sahel avec des armes parties de Libye. Suite au conflit, beaucoup de stocks ont en effet été pillés et transférés vers les pays limitrophes. L’Amérique du sud est également très exposée tout comme le Moyen Orient.

Handicap International est engagé dans ce dossier avec l’objectif de réduire le nombre de victimes et le nombre de personnes handicapées des suites de blessures liées à l’utilisation de ces armes. Mais notre approche est plutôt dans la prévention et la résolution des conflits. Au Kenya par exemple, nous travaillons avec la communauté et la police dans des activités pour répondre aux tensions et aux problèmes communautaires. Au Niger, Handicap International mène un projet de sécurisation des stocks d’armes via la formation, des inventaires réguliers et une gestion informatique du stock pour que la prolifération d’armes diminue. Un autre aspect important réside dans la destruction des armes obsolètes qui présentent un risque d’explosion. 

Le déminage est un grand cheval de bataille d’Handicap International et même s’il s’agit là d’armes lourdes, il touche aussi à la réduction de la violence armée. Le déminage contribue à diminuer la circulation des armes explosives car beaucoup de groupes armés recyclent les mines pour en faire des engins visent à détruire les populations civiles. 

Dans ce contexte, Handicap International mène au Luxembourg une campagne “Are you in?” pour dénoncer les bombardements des populations civiles. Toujours dans le but de diminuer la violence armée, nous voulons sensibiliser la population au danger des bombardements en eux-mêmes, et aux restes de guerre non explosés  qui constituent une menace permanente pour la population lorsqu’elle revient sur les territoires visés. Pour notre ONG, ces pratiques violent le droit humanitaire international  et en plus sont inefficaces militairement car 92% des victimes recensées sont des civils.»