LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Les produits d’assurance-vie ont la cote, surtout ceux liés aux pensions

Après l’effort, le réconfort. Si beaucoup de travailleurs attendent avec impatience la retraite,  nombreuses sont les inconnues comme le montant qui sera perçu ou l’âge du départ. Si au Luxembourg les réserves semblent solides, l’augmentation de la masse salariale influe de facto sur celle des retraites à verser d’ici quelques décennies. Les assureurs-vie ont développé une série de produits permettant à tout un chacun de pouvoir se constituer une réserve d’ici à l’âge de la retraite. Un complément à la pension légale qui sera le bienvenu pour financer ses vieux jours, mais aussi une opportunité dans la mesure où les montants versés dans ce plan peuvent être déduits fiscalement, à hauteur de 3.200 euros par an. Petit tour d’horizon du marché. 

Photo: Editpress - Lëtzebuerger Journal
Photo: Editpress

Axa | Au-delà des frontières

L’assureur-vie est fort actif à l’international 

Avec une part de marché croissante en assurance-vie au Luxembourg, Axa a d’autres cordes à son arc hors de nos frontières. «Nous avons une grande activité à l’international avec notamment des plans de pensions internationaux pour les expatriés», souligne Georges Biver, directeur d’Axa en charge des activités Vie & Santé. Le Luxembourg s’internationalise et nombreux sont les travailleurs expatriés qui arrivent après plusieurs années passées à l’étranger. «Ils comparent par rapport à ce qu’ils avaient avant et demandent davantage d’explication sur les différences entre leur pays d’origine et le Luxembourg», pointe le directeur.

Autre changement, l’introduction d’outils digitaux pour informer les clients sur les gains fiscaux et les montants maxima déductibles. «Les clients veulent plus de simplicité dans la souscription des contrats et dans la communication». Quant aux produits, Axa note l’émergence de plans d’épargne pension évolutifs qui combinent opportunités de rendement et sécurisation de l’épargne vers la fin du contrat. Des produits plus flexibles quant aux montants des versements sont aussi de plus en plus demandés, sans oublier les pensions du 2ème pilier auxquelles les indépendants et les professions libérales seront éligibles dès janvier, avantages fiscaux à la clé.

Seul regret pour Axa, le montant des déductions fiscales de l’épargne pension personnelle évolue nettement moins vite que l’inflation. «Par rapport au pouvoir d’achat, on a un certain retard», déplore Georges Biver. 

www.axa.lu

Photo: Editpress - Lëtzebuerger Journal
Photo: Editpress

Lalux | Les indépendants dans le viseur

Un nouveau marché s’ouvre pour l’assurance-vie dès janvier 

Dès le 1er janvier, les indépendants et les professions libérales pourront souscrire à un régime complémentaire de pension du type 2ème pilier. Chez Lalux, «on constate déjà une demande très forte», explique le fondé de pouvoir Jérôme Wiwinius. Des associations de professionnels aux fiduciaires, les canaux de communication sont nombreux pour cette nouvelle cible commerciale. «On aimerait bien dupliquer notre part de marché sur le retail, soit environ un tiers», poursuit Jérôme Wiwinius.

Si le produit séduit, ce n’est pas seulement pour les bénéfices à long terme qu’il procure, à savoir une assurance pension groupe. Les indépendants peuvent en outre bénéficier d’une déductibilité fiscale de la prime annuelle, à concurrence d’un montant maximum de 20% du revenu net de leur activité.

En outre, cette prime est soumise à un impôt forfaitaire de 20% et d’une taxe rémunératoire de 0,90% non déductible. En contrepartie, la prestation versée à l’âge de la retraite ne subit pas de taxation sur le revenu au Luxembourg, sauf déduction de la contribution pour l’assurance dépendance (actuellement 1,4%).

Enfin, les indépendants et professions libérales restent élligibles aux modalités existantes, à savoir la déductibilité fiscale de 672 euros par an pour les assurances vie, RC auto, assurance santé, etc. ainsi que celle de 3.200 euros pour l’assurance épargne pension du 3ème pilier.

www.lalux.lu

Photo: Editpress - Lëtzebuerger Journal
Photo: Editpress

Bâloise | Couverture globale

Prévoyance et épargne ont la cote chez l’assureur

En matière d’assurance-vie, Bâloise Luxembourg est actif tant sur le volet de la prévoyance que celui de l’épargne. Le premier tout d’abord est alimenté par le marché immobilier puisque l’assurance solde restant dû est souvent exigé par les banques pour l’octroi d’un crédit hypothécaire. «Les autres produits de “prévoyance pure” ou qui combinent “prévoyance” et “épargne” restent demandés mais dans une moindre mesure», pointe Etienne Zimmermann, Product Management Vie chez Bâloise. Quant aux produits d’épargne, ils répondent aux critères de déductibilité fiscale prévus à l’article 111bis LIR. «La vraie question est de savoir si le déclencheur de l’achat d’un tel contrat est la volonté de se prémunir contre une retraite légale potentiellement insuffisante ou simplement de bénéficier d’un avantage fiscal conséquent», souligne le responsable.

Chute des taux oblige, l’assureur s’est adapté aux évolutions du marché et a abandonné sa gamme «actuarielle» à taux garanti pour passer à «Universal Life», qui combine taux garanti et fonds d’investissement. «Aujourd’hui, le succès est au rendez-vous avec une production supérieure à ce qu’elle était précédemment et également une nette préférence pour les fonds d’investissement (plus de 70%) ce qui est assez remarquable», note Etienne Zimmermann. Ce dernier s’attend désormais à une demande de la part des indépendants et des professions libérales pour les produits de retraite, changement législatif à venir en janvier 2019 oblige. 

www.baloise.lu

Photo: Editpress - Lëtzebuerger Journal
Photo: Editpress

Foyer | Les solutions hybrides en avant 

Une manière pour l’assureur de combiner performances boursières et sécurité du capital garanti 

La demande en assurance-vie ne connaît pas de temps mort, assure Foyer. «Suite à “l’amélioration” des conditions de l’article 111bis L.I.R. dans le cadre de la réforme fiscale de 2017, nous constatons une importante recrudescence de notre clientèle pour nos solutions de “prévoyance vieillesse”», expliquent Jean-Claude Stroos, responsable des réseaux de distribution et Giuseppe Consoli, responsable des ventes en assurance-vie et produits financiers. «Cette demande s’est particulièrement accélérée en 2018 auprès des frontaliers», ajoute le duo.

Aujourd’hui, les produits hybrides sont davantage sollicités. Ils combinent les performances boursières et la sécurité du capital garanti. «L’avantage de ces produits, c’est la flexibilité du choix des supports d’investissement avec la possibilité d’arbitrage durant toute la vie du contrat, combinés à des performances attrayantes», insistent Jean-Claude Stroos et Giuseppe Consoli.

Tout cela, dans un environnement fiscal porteur avec, d’une part, l’ouverture du 2e pilier des pensions aux indépendants et professions libérales à compter du 1er janvier 2019, et d’autre part, le rehaussement à 3.200 euros du plafond déductible pour les particuliers. «Le doublement, voire parfois le triplement des nouveaux contrats d’assurance-vie auprès des assureurs locaux de la Place, rien qu’en 2017, en est la meilleure preuve», soulignent les responsables. «Les clients continueront à souscrire des assurances-vie afin de protéger financièrement leur famille ou de gérer une partie de leur succession», concluent-ils. 

www.groupe.foyer.lu