LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Le programme SciTeach permet aux enseignants du fondamental de mieux appréhender l’étude des sciences pour leurs élèves

Comment faire progresser la science au Luxembourg? En commençant dès l’enfance. Le ministère de l’Education s’est associé à l’Université du Luxembourg à travers un programme qui forme les enseignants à intéresser les enfants aux sciences. Grâce à des ateliers, des expériences, une mine d’outils, la science devient ainsi une matière vivante et surtout amusante. Depuis le lancement du SciTeach Center en 2016, la petite équipe de trois enseignants-chercheurs Christina Siry, Sara Wilmes et Kerstin te Heesen a formé 800 enseignants de l’école fondamentale, ce qui équivaut à un impact sur la moitié des écoles du Luxembourg. Ce succès s’inscrit dans le cycle de formation des professionnels qui s’intéressent de plus en plus à l’enseignement des sciences.

Cet engouement ravit Christina Siry, coordinatrice principale du projet: «Avec un cursus dans les trois langues du pays, les enseignants sont contraints de consacrer beaucoup de temps à l'apprentissage des langues, ce qui réduit le temps disponible pour l’enseignement des sciences. De plus, les instituteurs sont des généralistes qui doivent aborder toutes les matières en classe. Nous désirons les aider à enseigner les sciences en leur offrant du support et de nouvelles stratégies d’apprentissage.»

Au Luxembourg, seulement 10% du programme scolaire est consacré aux sciences, c’est peu selon la chercheuse. Et dans un contexte où le pays manque cruellement de chercheurs et de scientifiques, le SciTeach Center a pour ambition d’intéresser plus d’enfants à des carrières scientifiques, ou du moins à les éveiller à une curiosité pour les sciences, chose qui n’est pas forcément faite à la maison en famille.

Transmettre leur enthousiasme pour les sciences

Le but du programme est de former les adultes, leur donner confiance et c’est ensuite à eux de transmettre leur enthousiasme et susciter la curiosité naturelle des enfants. L’équipe s’est dotée au fil des années d’une solide médiathèque: objets, livres, matériel en tout genre, tout est bon pour aider les sessions à être ludiques et créatives. «Historiquement, les enseignants basés à Walferdange avaient déjà amassé du matériel pour initier aux sciences. Avec l’aide de nos partenaires dont le FNR et le SCRIPT, nous avons pu l’étoffer au fur et à mesure et ouvrir cet espace dédié aux enseignants à Belval. Nous offrons par exemple, de nombreux livres en allemand, car c’est la langue utilisée pour l’enseignement des sciences au Luxembourg. Nous essayons d’aller plus loin que juste montrer des expériences, dans nos ateliers les enseignants étudient en profondeur un sujet avant de l’enseigner à leur tour. Nous enquêtons après les ateliers pour avoir des critiques constructives et ainsi coller au mieux à leurs attentes», explique la coordinatrice.

Avec différents thèmes, et différents formats, il n’y a pas de quoi s’ennuyer. Ainsi l’étude du corps humain fait partie des thèmes les plus demandés, mais l’atelier «escargots et vers» a aussi son petit succès: «Nous partons de cela pour montrer comment les animaux s’adaptent à leur environnement, comment par exemple les vers aèrent la terre et sont indispensables pour le compost par exemple». Les enfants sont considérés comme de futurs citoyens, et certains ont déjà une conscience écologique puisqu’ils ont manifesté pour le climat ces dernières semaines dans les rues de Luxembourg. Cet intérêt pour l’environnement peut susciter un intérêt pour la science. «Nous avons un atelier qui est dédié au durable, le changement climatique s’inscrit bien dans cette mouvance, certains enfants sont déjà bien sensibilisés, mais la science va leur permettre de mieux comprendre ces enjeux».

Et puis, l’équipe souhaite ainsi intégrer des thématiques plus locales. Alors que le pays veut s’inscrire dans l’économie de l’espace, l’équipe va se doter l’année prochaine d’un livre sur les sciences de l’espace écrit par un auteur luxembourgeois: allier science et talents locaux, une bonne addition pour la petite équipe qui souhaite ainsi promouvoir les talents et montrer que la science a des applications bien concrètes, ici dans le pays.

sciteach.uni.lu