LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Le salon pour l’emploi Moovijob a fait le plein vendredi

Moovijob organisait la 9e édition de son salon pour l’emploi: 150 exposants, recruteurs, formateurs, coachs carrière étaient présents. Cela représente 3.000 offres d’emploi, 2.000 offres de formations, ainsi qu’une série de conférences. Le salon était organisé en 7 quartiers thématiques, selon les secteurs représentés par les entreprises présentes. Un quartier était notamment dédié aux organismes de formation et les conférences avaient pour but de mieux faire connaitre le marché de l'emploi du Grand-Duché aux potentiels candidats.

Car le salon s’adresse principalement aux non résidents, ces candidats que les entreprises luxembourgeoises vont chercher de plus en plus loin. En 2018, 68% des visiteurs du salon résidaient en dehors du Luxembourg. Il faut dire que le taux de chômage assez bas (5,2%) et des profils recherchés spécifiques, les candidats.

«L’attractivité du Luxembourg s’explique par des indicateurs très concrets tels que le salaire luxembourgeois, l’un des plus élevés en Europe, les packages attractifs proposés par les entreprises, les projets ambitieux d’un pays en pleine métamorphose, mais également un confort de vie qui plaît beaucoup!», s‘enthousiasme le directeur de Moovijob Luxembourg, Yannick Frank.

Echanger directement avec les recruteurs

L’atout de ce genre de salon, c’est que les candidats ont l’occasion de se présenter et d’échanger directement avec les recruteurs, ce qui est beaucoup plus efficace que d’envoyer un CV qui finira dans une pile virtuelle et qui aura du mal à se démarquer des autres. Pour autant encore faut-il venir préparé, avec son CV à jour et viser les entreprises qui recherchent des profils similaires au sien.

Magalie avait été interrogée lors de l’enquête Moovijob Tour Luxembourg 2018, elle explique: «On peut très bien être motivé derrière son PC lorsque l’on postule, mais venir convaincre les entreprises en face-à-face décuple nos chances d’éveiller leur intérêt ! J’ai eu la chance d’être rappelée par plusieurs recruteurs rencontrés. J’ai le sentiment que ce salon a accéléré les choses». Selon cette même étude, les échanges de la précédente édition duraient en moyenne 6 à 10 minutes.