LUXEMBOURG
LJ

700 participants à la conférence annuelle internationale de l’ALFI sur la distribution de fonds

La réputation de l‘événement n’est plus à faire: depuis 26 ans maintenant, l‘Association Luxembourgeoise des Fonds d‘Investissement invite à une grande conférence sur la distribution internationale des fonds d‘investissement, un business né en 1988 avec la transposition de la première directive UCITS en droit luxembourgeois. Depuis lors, le Grand-Duché est une des places prépondérantes au monde pour l‘industrie des fonds, avec plus de 4.000 milliards d‘euros sous gestion, le quart environ des actifs sous gestion en Europe.

De nombreux défis, de nombreuses chances

«The place to be» pour le professionnels du secteur qui sont venus en nombre pour assister hier et aujourd’hui à la «ALFI Global Distribution Conference»: quelque 700 participants venus des quatre coins du monde s‘étaient inscrits pour écouter les discours et discussions des quelque 50 orateurs au programme et évidemment s‘échanger entre eux sur une matière de plus en plus complexe et confrontée à d‘énormes défis. Le Brexit et ses impacts sur l’environnement réglementaire en est un, de même que l’avenir des régulations pour les fonds aux Etats-Unis, mais encore l‘évolution démographique, a souligné la présidente de l‘ALFI, Denise Voss. En effet, l‘adaptation des produits d‘investissement aux seniors - plus nombreux - et aux jeunes - moins nombreux en proportion et qui pourraient devoir davantage se soucier du financement de leurs retraites - pose un important challenge aux professionels.

Denise Voss n‘a pas manqué de souligner l‘importance de l‘éducation financière dans ce contexte. Parmi les chances pour le développement de l‘industrie des fonds, elle a notamment cité les progrès en matière d‘union des marchés des capitaux dans l‘UE, mais aussi les Fintech. Le développement de ce dernier domaine est une grande priorité pour le Ministre des Finances Pierre Gramegna, venu saluer les participants à la conférence de l‘ALFI. «Bâtissons sur nos forces», a-t-il appelé, optimiste sur fond du regain de croissance économique en Europe, du regain de confiance parmi les investisseurs et du rayonnement des produits financiers luxembourgeois de par le monde et surtout en Asie, où le Grand-Duché renforce sans cesse les liens avec la Chine en particulier. Quant au Brexit, qui a certes amené son lot d‘incertitudes, Gramegna s‘est aussi voulu positif: «Le business trouvera toujours des solutions.