LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Le siège de la banque privée a été officiellement inauguré hier soir

Environ 140 convives - dont le ministre des Finances Pierre Gramegna - étaient réunis hier au 26, boulevard Royal, à la nouvelle adresse de la banque BEMO Europe. La banque privée d’origine libanaise est présente depuis 31 ans au Luxembourg où elle a dans un premier temps ouvert une filiale. Mais en 2013, son conseil d’administration a décidé de transférer son siège de Paris à Luxembourg. Hier, elle a donc inauguré son nouveau siège - témoin d’un investissement d’environ cinq millions d’euros - sur la prestigieuse artère du centre-ville. Actuellement, douze personnes y travaillent mais des recrutements sont en cours et d’ici à la fin de l’année, cinq cadres supplémentaires devraient rejoindre la structure, ont annoncé hier ses dirigeants. «Une des nouvelles recrues va marquer le début d’une nouvelle activité pour la banque: l’ingénierie patrimoniale», a fait savoir le directeur général et administrateur Hans Hrechdakian.

De 800 à 1.000 clients

Au départ banque commerciale, l’entreprise s’est ensuite orientée vers le private banking avec actuellement 800 clients «High Net Worth» et elle vise le seuil des 1.000. «Au-delà d’un certain niveau, nous ne pouvez plus les traiter correctement», explique Riad Obégi, le président du conseil d’administration. La banque détenue par des entrepreneurs souhaite «accompagner les entrepreneurs du Moyen-Orient qui souhaitent investir en Europe et de pouvoir servir d’interface pour leurs homonymes européens». Intégrité, prudence, excellence et esprit de familles sont les valeurs de la banque qui mise sur une approche et un suivi personnalisé. «Nous travaillons comme un family office avec un statut bancaire», avance Riad Obégi.

La banque basée à Luxembourg compte à ce jour un peu plus de 500 millions d’euros d’actifs sous gestion. Son objectif? Doubler ce montant d’ici à trois ans et se situer entre un milliard et deux milliards d’euros à l’horizon 2020. Sa clientèle est en grande partie issue du Moyen-Orient et compte aussi quelques Européens liés au Moyen-Orient. «Les considérations au Moyen-Orient sont différentes d’ici: le contexte fiscal est moins important», souligne Hans Hrechdakian. A ses yeux, les aspects liés à la stabilité juridique, la succession et l’entrepreneuriat priment. Avec son environnement politique et financier stable et un vivier de compétences dans les domaines de l’innovation financière, le Luxembourg dispose de solides atouts pour séduire la clientèle de la banque. «Le Luxembourg est la Silicon Valley de l’innovation juridique», ajoute le président du Conseil d’administration qui rappelle que «la France a mis 20 ans de plus que le Luxembourg à faire passer la loi sur la fiducie.»

Obegi Group: présent mais discret

Et en parlant de loi, la Banque BEMO attend l’adoption de la loi sur la Fondation Patrimoniale, une structure destinée à faciliter la structuration et la planification patrimoniale et successorale. «Elle répond aux besoins de la clientèle du Moyen-Orient car elle est surtout dollarisée», explique Hans Hrechdakian. Actuellement, le projet de loi 6525 relatif à la fondation patrimoniale est en stand-by face aux évolutions règlementaires européennes en matière de transparence fiscale. Bref, un point de plus à l’agenda bien rempli de cette banque privée discrète mais bien présente; à l’image un peu de sa maison-mère. Obegi Group est une vaste holding elle-même composée de cinq holdings basés au Luxembourg: deux sont dédiées à l’activité bancaire, une autre aux produits chimiques car le groupe est un importateur pour des agents européens et américains, une autre se concentre sur la vente de produits d’agriculture et la cinquième est axée sur les produits de consommation. Obégi Group est en effet associé à Henkel qui fabrique des détergents au Liban. Au total, la multinationale emploie entre 3.000 et 4.000 personnes et génère (hors activités bancaires), un chiffre d’affaires annuel de l’ordre du milliard d’euros. «Nous voulons être un pont entre le Moyen-Orient et l’Europe, et en particulier le Luxembourg», a fait savoir Hans Hrechdakian. Une intention qui transparaît dans la structure des activités financières du groupe. À côté de la banque privée établie à Luxembourg, ce dernier possède une banque de détail en Syrie, une structure dédiée aux institutions financières établie au Liban, une autre axée sur la gestion d’actifs aux Émirats Arabes Unis et une autre banque au Liban et à Chypre.


www.bemo.lu