GÜTERSLOH
LJ

La maison-mère de RTL affiche de mauvais résultats trimestriels

Mauvaises nouvelles du côté de Bertelsmann qui a publié jeudi des résultats décevants pour le premier trimestre 2020. Les revenus de la maison-mère de RTL ont légèrement diminué de 2,7 %, à 4,1 milliards d’euros, au cours des trois premiers mois de l’année, soit avant le début de la crise COVID-19.

Alors que les entreprises financées par la publicité ont été sensiblement affectées par la situation du coronavirus, BMG, les entreprises de services d’Arvato et les entreprises d’éducation ont bien résisté. Sur le plan organique, les revenus du groupe ont légèrement diminué de 2,1%. Les activités de croissance de Bertelsmann ont enregistré une augmentation de 2,8% de leur chiffre d’affaires. Leur part dans le chiffre d’affaires total du groupe est restée inchangée à 36%.

Un reste de l‘année encore plus difficile

Thomas Rabe, PDG de Bertelsmann, prévient que le reste de l’année sera encore plus difficile: «L’exercice 2020, avec les retombées économiques de la pandémie de coronavirus, sera un défi. Nous avons bien commencé l’année, mais nous ressentons depuis mars un impact croissant sur nos activités. Le large portefeuille d’activités de Bertelsmann a un effet positif, tout comme la forte proportion d’entreprises numériques, qui, au cours du dernier exercice, ont représenté pour la première fois plus de 50 % de notre chiffre d’affaires total. Dans des crises comme celle-ci, nos activités dans le domaine des médias, en particulier, sont d’une grande importance pour la société et font partie intégrante de l’infrastructure critique».

Les médias résistent pour le moment mieux, puisque RTL Group a enregistré des parts de marché de téléspectateurs plus élevées en Allemagne, en France et aux Pays-Bas. «La couverture complète de l’actualité par ses chaînes a assuré des taux d’audience record et une grande portée», indique le groupe dans son communiqué. Le nombre d’abonnés payants aux services de streaming TV Now et Videoland a augmenté de 34 % pour atteindre 1,53 million.

Penguin Random House a enregistré quant à lui une hausse de la demande de livres pour enfants et jeunes adultes, et une augmentation en mars des ventes physiques en ligne. Le 1er avril, Bertelsmann a finalisé l’acquisition des 25% restants de son coactionnaire Pearson après avoir reçu toutes les autorisations antitrust nécessaires. Ainsi, le plus grand éditeur de livres professionnels du monde est désormais une filiale à part entière de Bertelsmann. LJ