LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

L’ICT Spring a pris ses quartiers au Kirchberg

Une poignée de conférences, une dose d’innovations et une pincée de networking, voilà les ingrédients de l’ICT Spring qui a ouvert ses portes ce mardi à l’European Convention Center Luxembourg pour deux jours d’activités. Si pour beaucoup cet évènement est l’occasion de se mettre en avant et de présenter quelques nouveautés, elle permet aussi de partir à la rencontre de start-ups aux projets originaux.

Parmi la septantaine d’exposants présents, Ivano Andresini a présenté son «Body Scan», un appareil qui permet de scanner des personnes pour ensuite leur fournir un avatar numérique en couleur. Si la minute d’immobilité dans l’appareil semble longue, le résultat est bluffant. En quelques minutes, le fichier arrive dans notre boîte mail avec la possibilité de le partager sur les réseaux sociaux mais aussi de l’imprimer en 3D. Là, il faut compter au moins 140 euros pour la plus petite statuette de 10 centimètres, et jusqu’à 512 euros pour celle de 38 cm. «Nous visons des évènements comme des fêtes d’entreprise par exemple», détaille le Communication Partner de la start-up ID-ea.Lu. Ivano Andresini a ouvert l’an dernier cette filiale d’une société française à Lorentzweiler, et travaille en partenariat avec quelques organisations au Luxembourg. «Nous avons d’autres idées comme au Salon Vakanz où nous avons présenté un simulateur de ski en 3D», ajoute le responsable. À Paris par exemple, Copy Body comte un magasin dans lequel les gens viennent se faire scanner pour ensuite imprimer leur statuette en 3D. Il faut néanmoins compter huit heures pour que l’impression en résine soit finalisée.

Apprendre en s’amusant

Un peu plus loin, Béatrice Warichet a orné son stand de tablettes sur lesquelles on voit une succession de petits dessins. Leur but? Nous faire apprendre le vocabulaire luxembourgeois. Son application «BattaKlang» a été téléchargée 12.000 fois ces 18 derniers mois. «Il y a 1.000 mots sur l’application et je m’apprête à lancer prochainement les verbes», explique la fondatrice de LaSauce. En lice pour recevoir le prix de l’«European Startup of the year», Béatrice Warichet a lancé son projet en 2013 et s’y consacre à temps plein depuis le début de cette année. «Il y avait quelque chose à faire en termes d’apprentissage, je vise les ados et les adultes même si l’appli semble un peu enfantine». Il faut dire qu’elle s’adresse aux personnes capables de lire les mots et offre un suivi dynamique avec une accumulation de points puis des exercices de construction de phrases histoire de progresser dans l’apprentissage.

Les niches en avant

Outre les start-ups, l’édition 2016 de l’ICT Spring met à l’honneur de nombreux secteurs d’activité étroitement liés au développement des nouvelles technologies. À côté des fintechs, les sociétés actives dans le domaine spatial sont promues. Un Space Forum leur est dédié avec une série de conférences spécifiques. L’occasion de souligner l’engagement du Luxembourg dans ce secteur avec l’annonce, en février dernier, de la mise en place d’un cadre juridique destiné à attirer des sociétés spécialisées dans l’extraction des ressources spatiales. Un sujet abordé par Xavier Bettel dans son discours d’ouverture hier matin. Rappelant les débuts de SES à l’époque où «on disait qu’on était fou ; aujourd’hui, nous avons la plus grande compagnie de satellites au monde», s’est félicité le Premier ministre et ministre des Communications et des Médias. Celui-ci est revenu sur les défis de la cybersécurité, le savoir-faire du Luxembourg en la matière sans oublier la forte densité de data centers dans le pays. «Nous ne devons pas avoir peur de l’innovation et de ses conséquences», a insisté Xavier Bettel qui a conclu en soulignant que «l’innovation vient parce quelque part on met des cadres légaux, parce qu’on la veut».

k www.ictspring.com