LUXEMBOURGLJ AVEC SIP

Le Gouvernement approuve un programme pour plus de cinquante infrastructures sportives

Feu vert pour le dixième programme quinquennal d‘équipement sportif. Le Conseil de Gouvernement a adopté hier le projet de loi autorisant le subventionnement de plus de cinquante infrastructures sportives entre 2013 et 2017. 100 millions d‘euros seront mis à disposition pour entre autres sept piscines, deux centres nationaux (karaté, beach-volley), un centre régional d’escrime, un stade intercommunal d’athlétisme, six terrains de foot - dont le stade national - , six vestiaires de football, neuf halls multisports, trois centres sportifs, deux salles de sports, douze halls des sports, un hall de tennis, une salle de gymnastique, un hangar d’aérodrome et diverses aires multisports.

Une banque de données de l‘infrastructure sportive

Mais le texte ne vise pas seulement à débloquer des fonds: il précise aussi qu‘à l’avenir, les projets de rénovation et de réaménagements d’envergure seront arrêtés par règlement grand-ducal à partir d’un seuil déterminé. Ensuite, des plafonds subsidiables pour les différents types des catégories d‘équipement sportif pourront être fixés par règlement grand-ducal de même que des taux de subventionnement spécifique pour les projets d‘équipement sportif réalisés sous forme d’un partenariat public-privé. Enfin, il est prévu de créer une banque de données de l’infrastructure sportive nationale pour faciliter l‘établissement de futurs programmes quinquennaux et pour réaliser des études en vue de l‘établissement de modèles de gestion.

Le Haut-Comité pour le soutien, le développement et la promotion de l‘Industrie officiellement sur les rails

En parlant de gestion: les Ministres ont parlé hier aussi de gestion de l‘avenir. De l‘avenir de l‘industrie luxembourgeoise plus précisément. Le Conseil a ainsi marqué son accord avec une proposition du ministre de l’Économie et du Commerce extérieur, Étienne Schneider, visant la mise en place d’un Haut-Comité pour le soutien, le développement et la promotion de l’Industrie au Luxembourg. Le secteur, qui dominait l‘économie d‘antan, ne représente aujourd’hui plus que 5,5 % de la valeur ajoutée nationale et emploie directement 10% de la population active du pays. Ces chiffres en diminution contrastent avec le fait qu’en termes de recherche-développement, 62 % des dépenses de R&D effectuées par les entreprises luxembourgeoises sont réalisées dans l’industrie. Le nouveau comité devra donner un nouvel élan à l’industrie et sera appelé à piloter, orienter et mieux coordonner les choix et actions du Gouvernement affectant ce secteur. Il sera composé du ministre ayant l’industrie dans ses attributions et du ministre compétent pour les finances, ainsi que de représentants du secteur industriel, invités sur base de leurs compétences et expériences. À la demande du Haut-Comité, des groupes de travail thématiques mèneront des réflexions approfondies autour de sujets qui seront définis par le Haut-Comité.