LUXEMBOURG
LJ

Face aux demandes, le ministre de la Mobilité renvoie à la régulation européenne

Une telle prolongation n‘est, à ce stade, pas prévue»: c‘est ce que répond le ministre de la Mobilité et des Infrastructures François Bausch (déi gréng) sur fond d‘obligations européennes à la demande de plusieurs associations de prolonger la durée de validité des certificats de contrôle de véhicules jusqu‘à six mois. L‘Automobile Club signale dans un communiqué de presse avoir été contacté par de nombreux membres qui seraient au vu de la situation sanitaire actuelle dans l‘impossibilité de se déplacer pour présenter leur véhicule dans les délais.

Une situation qui entraînera selon l‘ACL une surcharge des stations de contrôle par des demandes supplémentaires de clients qui auront besoin d‘un rendez-vous rapidement pour régulariser leur véhicule. Pour éviter cet engorgement, l‘ACL propose de prolonger de six mois les certificats de contrôle technique valables actuellement jusqu‘au 1er juin soient prolongés de six mois pour permettre à la Société Nationale de Contrôle Technique et aux autres sociétés de contrôle Dekra et LU KS de «faire face dans quelques semaines à l‘immense demande».

Même son de cloche de la part de la fédération des sociétés de leasing et de location à court terme (Mobiz) qui estime qu‘une prolongation de trois à six mois de la durée de validité de tous les certificats devrait être réalisable «par simple décision du gouvernment». La Mobiz rappelle que le parc de véhicules au Luxembourg serait assez jeune et en général bien entretenu, réduisant ainsi le risque d‘accident grave dû au non-passage au contrôle technique. La fédération rappelle par ailleurs que la Belgique, la France, l‘Espagne et l‘Italie auraient déjà tous opté pour un report du contrôle technique.

L‘Union Luxembourgeoise des Consommateurs s‘est elle aussi ralliée à ces arguments et demande au ministre de «prolonger la validité des certificats de contrôle des véhicules jusqu‘à 6 mois. Une attestation serait mise à la disposition des propriétaires des véhicules concernés, par Internet ou par courier, et leur permettrait de conduire leurs véhicules à l‘étranger également. De l’avis de l’ULC, une telle procédure est la meilleure solution dans la situation actuelle. La santé des propriétaires de véhicules et des inspecteurs techniques est une priorité absolue».

Craintes pour la sécurité routière

«Étant donné que le contrôle technique est basé sur une directive européenne, le ministère est en étroite collaboration avec la Commission européenne afin de trouver une approche harmonisée concernant l’obligation du contrôle technique durant cette crise sanitaire et d’en limiter au niveau européen d’éventuelles restrictions», répond de son côté le ministre Bausch, qui souligne qu‘une prolongation des certificats ne serait pas aussi simple, alors que le Grand-Duché a transposé dans sa législation la directive européenne fixant à quatre ans le premier contrôle d‘un véhicule après sa première mise en circulation et à au moins tous les deux ans par la suite. Une prolongation des deux premiers contrôles ne serait pas possible selon la directive. A noter d‘ailleurs que l‘âge moyen des véhicules immatriculés au Luxembourg se situe à 6,5 ans. Et Bausch de donner à penser aussi que selon les statistiques disponibles, «chaque mois, 2.500 véhicules (M1) contrôlés sont rejetés à cause de défectuosités, majeures ou critiques. En accordant une dérogation de 3 mois, un potentiel de 7.500 véhicules défectueux pourrait ainsi circuler sur les voies publiques. En considérant l’ensemble des véhicules contrôlés, toutes catégories confondues, ce chiffre est même presque doublé». Le ministre considère ainsi qu‘une prolongation des certificats constituerait une menace pour la sécurité routière. Mardi déjà, il avait ainsi annoncé outre des mesures de protection supplémentaires pour le personnel technique et entre clients, la continuation des services des organismes de contrôle technique.

Ces derniers n’acceptent d’ailleurs pour l’instant que des véhicules pour lesquels le certificat de contrôle technique viendra à échéance dans un délai de deux semaines ou pour lesquels le certificat de contrôle technique n’est plus valable.