LUXEMBOURG
LJ

Creos modernise son réseau électrique

Le gestionnaire de réseaux Creos Luxembourg S.A. va entamer les procédures de consultation et d’autorisation pour la modernisation de son réseau électrique. Ce coup de neuf est le bienvenu car les nouvelles infrastructures vont remplacer un réseau datant... des années 1960! Pour la réalisation de ce projet, Creos prévoit d’utiliser, autant que possible, les tracés actuels de lignes électriques 220 kV et de démanteler une partie des installations existantes qui, par la suite, ne seront plus nécessaires. La mise en service des nouvelles installations est prévue pour fin 2026, toutes les mesures d’amélioration et de démantèlement des installations devenues obsolètes devant être achevées pour fin 2028. Creos s’est fixé un budget total de 209 millions d’euros.

Demande croissante

Le réseau de transport à très haute tension de 220 kV de Creos va bientôt atteindre ses limites. La demande sans cesse croissante en énergie électrique, la digitalisation et le développement démographique et économique supérieur à la moyenne du Luxembourg, sont autant de défis pour le réseau électrique actuel. C’est dans ce contexte que Creos prévoit un niveau de tension plus élevé, soit 380 kV. Le projet de modernisation permettra également le démantèlement de 225 pylônes et près de 75 km de lignes aériennes, situées en partie près de zones d’habitation. La nouvelle ligne s’étendra sur environ 50 km et comptera environ 170 pylônes. «Creos prévoit des mesures d’amélioration importantes, qui soulageront considérablement le centre du pays, en particulier la vallée de l’Alzette et le nord-est du pays», précise Marc Reiffers, CEO.

Les premières analyses de développement du réseau concernant le projet remontent à 2015. Au total, le processus de planification prendra plus de six ans. Creos est actuellement en phase de cadrage et devrait avoir terminé l’évaluation des incidences sur l’environnement (EIE) d’ici la fin de l’année prochaine. L’étude EIE sera réalisée par un bureau d’experts agréé indépendant sous la direction du ministère de l’Environnement. L’objectif est d’analyser l’impact des nouveaux ouvrages tels que techniquement proposés dans le dossier de demande de Creos sur l’Homme et la nature et de prendre en compte toutes les alternatives possibles.

La mise en œuvre effective prendra ensuite au moins quatre années supplémentaires, la nouvelle infrastructure de 380 kV devant être mise en service en 2026. Sachant que l’électricité consommée au Luxembourg provient principalement du marché allemand, l’interconnexion avec le gestionnaire de réseau allemand Amprion sera remis à niveau. «La modernisation du réseau à haute tension existant est inévitable et nécessite une intégration parfaite dans le réseau européen de transport d’électricité», explique Marc Reiffers.