LUXEMBOURG
WILLIAM DAVIES

Les recommandations de William Davies, CIO, EMEA & Global Head of Equities chez Columbia Threadneedle Investments

Au cours de la plupart des cycles, différents styles d’investissement – croissance, qualité et «value» – surperforment à différents stades selon leurs perspectives. Dans tout contexte de reprise, des périodes de surperformance des titres «value» (généralement des sociétés susceptibles de faire faillite en raison de l’ampleur de la contraction économique) sont à anticiper, compte tenu de la volatilité des marchés et de la surperformance extrême des valeurs de qualité/de croissance.

Dans le sillage de la pandémie de Covid-19, nous avons assisté ces dernières semaines à un mouvement de rotation des marchés vers le style «value» au détriment du style croissance. Il ne faudrait toutefois pas penser que cette rotation s’inscrira dans la durée; selon nous, la surperformance des valeurs de qualité est là pour durer.

Nous pensons que les années 2020 pourraient bien ressembler aux années 2010, c’est-à-dire être caractérisées par une croissance molle, une inflation faible et des taux d’intérêt bas, du moins après l’euphorie suscitée par le redécollage immédiat d’une activité économique en berne. Dans ce contexte de croissance atone, il est selon moi tout à fait réaliste de penser que les sociétés de qualité surclasseront leurs homologues  «value» pour autant qu’elles continuent de générer des rendements élevés – c’est précisément ce sur quoi nous devons nous concentrer.

Au niveau de fin 2019 à la fin 2022

D’après notre scénario de référence, l’activité économique devrait renouer d’ici fin 2022 avec les niveaux de fin 2019. Si une seconde vague épidémique se produit avant la mise au point d’un vaccin, elle pourrait ébranler les économies et les marchés. Nous constatons déjà des replis et une volatilité accrue sur les marchés alors que certaines régions du monde commencent à se déconfiner.

Un tel contexte est peu propice à une surperformance du style value. Il ne serait donc pas judicieux selon nous de se ruer sur ces titres.

Même s’ils paraissent intéressants à un moment donné, nous devons, en tant qu’investisseurs, être en mesure d’éviter les pièges. Au sein de l’univers obligataire, nous privilégions les titres de qualité investment grade plutôt que ceux à haut rendement, car nous tenons à être exposés à des sociétés qui sont plus à même de résister à la tempête actuelle. Nous préférons en outre les obligations d’entreprises aux emprunts d’Etat, compte tenu du grand nombre de titres qui offrent aujourd’hui des rendements négatifs. Bien que la dette des marchés émergents et le haut rendement en général se soient relativement bien redressés au cours des dernières semaines, nous privilégions les sociétés de qualité investment grade (meilleur rapport risque/rendement) en raison des incertitudes concernant la reprise.

Pour ce qui est des actions, nous restons convaincus que les entreprises qui tirent parti de leur position dominante sur le marché, notamment celles du secteur des technologies et des communications, ainsi que les grands fabricants de semi-conducteurs, sont bien positionnées et continueront de tirer leur épingle du jeu. Les sociétés qui ont un niveau d’endettement opérationnel élevé mais sont dotées d’un bilan sain peuvent s’avérer plutôt attrayantes. Cependant, il s’agit souvent d’entreprises de qualité, sensibles à la conjoncture ou au cycle économique, dans lesquelles nous sommes déjà investis.

Nous continuons de penser que les petites capitalisations internationales jouissent d‘excellentes perspectives. Nous investissons avant tout dans des sociétés qui occupent une position de force sur le marché et qui sont dotées d’un modèle économique robuste.

Elles sont souvent considérées comme des leaders de leur secteur et possèdent des garde-fous économiques qui leur confèrent un avantage concurrentiel dans un secteur en plein essor. Elles génèrent ainsi des rendements élevés ou durablement croissants. Ces entreprises de qualité disposent également d‘une équipe de direction bien établie ainsi qu’une structure de gouvernance transparente. Tous ces facteurs doivent être associés à un niveau de valorisation intéressant, critère qui joue également un rôle clé dans notre processus d’investissement axé sur la qualité. Voilà le type d’entreprises qui, selon nous, surperformera au cours des années 2020.

Columbia Threadneedle Investments en portrait

476 milliards de dollars sous gestion

Avec 476 milliards de dollars sous gestion et plus de 2.000 employés, Columbia Threadneedle Investments est une société de gestion de premier plan offrant une large gamme de produits d‘investissement couvrant toutes les grandes classes d’actifs. Grâce à une approche active, fondée sur le travail collaboratif, la maîtrise du risque et la performance, la société s’attache à offrir aux investisseurs des rendements solides et reproductibles en termes ajustés du risque.