LUXEMBOURG
CLAUDE KARGER

La Chambre de Commerce déplore l’absence d’accents dans le programme de stabilité

Tous les clignotants sont au rouge: une croissance en berne depuis cinq ans, un taux de chômage en hausse, une dette publique qui explose alors que le pays doit emprunter un milliard supplémentaire tous les ans pour combler le déficit de l‘administration centrale, un coût salarial unitaire qui progresse sans cesse...

Et pourtant, le gouvernement tarde à prendre les mesures adéquates pour freiner ces évolutions. C‘est le reproche formulé hier par le chef-économiste de la Chambre de Commerce envers la coalition CSV/LSAP lors de la présentation de son analyse du Programme de Stabilité et de Croissance 2013-2016 que le gouvernement a remis récemment à la Commission Européenne. Un document où ne manqueraient pas uniquement les accents nécessaires pour redresser la barre - «pour des raisons électorales» a regretté Thelen - mais qui serait par ailleurs empreint de peu de réalisme alors que les estimations de croissance insérées par le gouvernement seraient beaucoup trop optimistes. Vu la conjoncture morose dans la zone euro, Carlo Thelen estime que les prévisions de croissance de 1% l‘an prochain, de 2,2% en 2014, de 1,7% en 2015 et de 3,4% en 2015 constituent des hypothèses techniques susceptibles d‘être rapidement chamboulées alors que les problèmes de la zone euro sont loins d‘être résolus. Si le Luxembourg demeure encore un bon élève au sens des critères de Maastricht, il serait urgent que le pays entame des réformes structurelles, a souligné Thelen, en rappelant que les indicateurs peuvent se dégrader très rapidement dans une économie aussi ouverte que le Grand-Duché. Surtout si elle perd son rating triple A.

Le triple choc de 2015

Il faudrait absolument qu‘il se donne les moyens pour atteindre les objectifs du plan national de réformes afin de revenir vers une situation budgétaire durablement saine. Pour la Chambre de Commerce, qui estime que la réforme des retraites ne va pas assez loin, il s‘agit entre autres d‘accélérer la mise en oeuvre des mesures visant à freiner les dépenses liées à l‘âge et à accroître la participation des travailleurs âgés, à réduire le chômage des jeunes et à réformer le système de l‘indexation automatique des salaires. La Chambre plaide pour une désindexation générale de l‘économie afin de freiner la hausse du coût du travail et de donner ainsi un coup de pouce à la compétitivité. Selon Thelen, l‘Observatoire de la Formation des Prix serait en train d‘étudier cette désindexation. Et puis, le Grand-Duché pourrait subir un triple choc en 2015. Le premier sera la perte de recettes liées à la TVA sur le commerce électronique. Le deuxième est lié à l‘échange automatique d‘informations fiscales dont on ne connaît pas pour l‘heure l‘impact sur la place financière. Enfin, quel sera l‘impact de la hausse annoncée de la TVA sur l‘économie et sur l‘inflation? Le gouvernement avait annoncé cette mesure pour compenser la perte de TVA sur le commerce électronique. Or, on ne sait toujours pas, de combien de points la taxe augmentera.

«Il ne suffit pas d‘annoncer des mesures, mais il faut aussi les mettre en pratique et ceci d‘urgence avant la prochaine échéance électorale», exhorte Carlo Thelen. Rester dans l’immobilisme pourrait définitivement mettre à mal le modèle économique luxembourgeois et gravement menacer la stabilité du pays.