LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Delphi présente plusieurs nouveautés à l’occasion de l’IAA

L’équipementier automobile américain installé au Luxembourg Delphi participe au salon de l’automobile de Francfort et y présente une série de nouveautés, a-t-il fait savoir vendredi, jour où le Premier ministre Xavier Bettel a rendu visite à l’IAA. Pour cet évènement où la voiture électrique prend une place croissante, l’entreprise a apporté quelques innovations comme un nouvel onduleur de 800 volts qui permet de réduire de moitié le temps de charge des véhicules électriques. «Le fait de doubler la tension par rapport aux 400 volts typiques actuels procure des avantages considérables, tant pour l’utilisateur que pour le constructeur automobile», détaille dans un communiqué Richard F. Dauch, CEO de Delphi Technologies. «Nous avons conçu cette technologie afin de simplifier la stratégie multi-tension des constructeurs automobiles qui élargissent leurs gammes de véhicules électriques et hybrides», ajoute-t-il.

L’onduleur est le fruit d’un partenariat avec Cree, une société spécialisée dans les semi-conducteurs de carbure de silicium. Bien qu’il soit présenté en ce moment à Francfort, son lancement est prévu pour 2022. Delphi a d’ailleurs remporté un contrat de 2,7 milliards de dollars «avec un constructeur automobile mondial de premier plan» pour la production de cet onduleur.

Du côté des voitures dotées d’un moteur thermique, l’heure est au respect des normes d’émissions polluantes, de plus en plus strictes. Delphi a développé un nouveau système autour d’une pompe à carburant capable de réduire les émissions de particules jusqu’à 50% sans reconfiguration coûteuse du moteur pour la majorité des applications, explique la firme.

«Les ingénieurs automobiles ont tout mis en œuvre pour atteindre des pressions plus fortes sans modifier la pompe à carburant. La solution est une nouvelle pompe à haut rendement», selon Walter Piock, ingénieur en chef chez Delphi Technologies.

Enfin, le fournisseur de technologies de propulsion mise aussi sur la conduite intelligente qui, selon ses calculs permettrait de réduire de plus de 10% les émissions de CO2 grâce à des logiciels et systèmes de propulsion prédictifs. «Notre système de conduite intelligente fonctionne de la même façon qu’un régulateur de vitesse que l’on connaît, c’est-à-dire qu’il peut être activé ou désactivé par l’utilisateur», indique Harry Husted, vice-président Engineering, Electrification & Electronique chez Delphi Technologies. «Grâce à cette approche, le système peut être utilisé avec différents niveaux d’assistance aux conducteurs et d’automatisation, y compris ceux qui sont en service aujourd’hui».

Delphi emploie 530 salariés au Luxembourg selon les chiffres du Statec. Dans le monde, l’équipementier occupe 21.000 personnes réparties dans 24 pays différents. En 2018, il a réalisé un chiffre d’affaires stable de 4,9 milliards de dollars pour un bénéfice net ajusté en baisse de 16% à 389 millions de dollars.


www.delphi.com