LUC HOLPER

Affectant tous les pans de l’économie, la digitalisation est aujourd’hui l’un des principaux facteurs de mutation de l’industrie des paiements. Elle induit entre autres le renversement d’un rapport de force historique: l’accès immédiat à l’information ainsi que les opportunités liées au digital donnent pour la première fois au consommateur le pouvoir de challenger son environnement économique. Pour répondre à ses nouvelles attentes et saisir la balle au rebond, fleurissent un grand nombre de nouveaux modèles, produits et services ainsi que l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché.

C’est ainsi que les Fintech, créatrices de nouvelles expériences client, s’inscrivent comme des challengers d’un genre nouveau. Avec plus ou moins de succès, nombreuses sont celles qui ont aujourd’hui investi le métier de la banque traditionnelle – qu’ils soient géants américains spécialistes de l’expérience utilisateur (e.g. les GAFA) ou bien start-up. Après une folle explosion du nombre de ces dernières, l’on constate aujourd’hui une certaine structuration du marché avec notamment la création de partenariats innovants entre Fintech et acteurs traditionnels, dont l’assise commerciale, l’expertise et le lien de confiance avec le consommateur – primordial pour qui souhaite réussir dans le secteur – manquent aux nouveaux entrants pour s’imposer. Tel fut malheureusement le cas des initiatives Flashiz et Yapital au Luxembourg.

D’autre part, l’environnement politique et réglementaire, sous l’impulsion de la Commission européenne et le contrôle de la Commission de Surveillance du Secteur Financier au Luxembourg, a très fortement favorisé le développement du paiement électronique en Europe ces dernières années, contribuant ainsi à davantage de transparence et de traçabilité. Leur prochain défi sera incontestablement d’encadrer l’arrivée de nouveaux compétiteurs sur le marché financier et bancaire ainsi que d’accompagner le développement des nouveaux usages.

Car le secteur des paiements, en pleine rupture technologique, est à la recherche de nouveaux standards. Le paiement biométrique, les «wearables», les bitcoins ou encore l’Internet des objets, pour ne citer qu’eux, sont sur le point de révolutionner nos façons de payer au quotidien. Payer mobile est déjà une réalité. Payer par l’intermédiaire d’un véhicule connecté ou grâce à son iris sera très certainement celle de demain. En étroite collaboration avec Rinspeed, le pari technique a déjà été tenu par les équipes d’innovation de SIX qui ont ainsi développé divers prototypes d’application de paiement pour la voiture du futur.

Dans ce contexte, le groupe SIX participe en première ligne à la définition des nouveaux contours de l’industrie financière. Sa longue expérience des paiements électroniques et de gestion des flux financiers, son expertise technologique et sa position neutre au sein de l’industrie en font, certes l’une des plus anciennes Fintech de l’industrie, mais surtout un acteur de référence. Sa capacité à fédérer l’ensemble des acteurs du secteur lui permet de mettre en place des projets d’avenir d’envergure. C’est pourquoi les plus grands acteurs bancaires, financiers ou encore du secteur retail, à l’instar très récemment du groupe Carrefour pour l’émission d’une carte prépayée en Belgique, lui font aujourd’hui confiance.

SIX PAYMENT SERVICES

Leader dans le traitement des cartes bancaires

Leader dans le traitement des cartes bancaires depuis plus de 30 ans au Luxembourg, SIX Payment Services (Europe) S.A. offre aux établissements financiers et commerçants des prestations sûres et innovantes tout au long de la chaîne de création de valeur du trafic des paiements électroniques. La société assure entre autres le bon déroulement des opérations pour les émetteurs de cartes ainsi que l'acceptation des paiements par cartes par les commerçants du pays. SIX Payment Services (Europe) S.A. compte quelque 230 collaborateurs sur ses deux sites de Munsbach et Leudelange au Luxembourg. 
http://www.six-payment-services.com