LUXEMBOURG
ROGER MARTINEZ-DOLZ

Depuis l’éclatement de la crise du Covid-19, la pression sur les marchés internationaux de fournitures médicales s’est énormément amplifiée. Une situation dont pâtissent surtout les régions pauvres du globe, explique Roger Martinez-Dolz, directeur général Médecins Sans Frontières Luxembourg.

«Dans nombre de pays, les acteurs de santé publique et les organisations médicales s’efforcent d’assurer un approvisionnement régulier d’équipements essentiels parmi lesquels des masques chirurgicaux et FFP2, des lunettes de protection, et des surblouses.

MSF rencontre des difficultés importantes dans l’approvisionnement de ses projets en équipements de protection individuelle (EPI) sur tous les continents. Avec les stocks dont nous disposons aujourd’hui, nous ne pouvons garantir la protection de nos équipes médicales au-delà de quelques semaines.

Cette situation risque d’entraver non seulement les efforts visant à contenir la propagation du Covid-19, mais également la continuité de l’assistance médicale en général. Les activités chirurgicales, le traitement des patients souffrant de la rougeole, de la tuberculose et d’autres maladies infectieuses, sont déjà impactés.

Nous devons éviter que les hôpitaux ne se transforment en amplificateurs de l‘épidémie. Pour cela, nous devons donner aux soignants les moyens de se protéger, y compris dans les zones où le virus en est encore à un stade précoce de propagation. Trop de professionnels de santé sont aujourd’hui sans protection face au Covid-19.

Si les hôpitaux deviennent des lieux de propagation de la maladie, les patients auront peur de s’y rendre et la continuité des soins risque de ne plus être assurée. Ainsi, au Yémen, l’hôpital de traumatologie d’Aden a admis davantage de patients après la fermeture d’autres hôpitaux dans la ville à cause du manque d’EPI. De même au Kenya, dans l’une des zones les plus pauvres de Nairobi, des activités MSF assurant des soins vitaux pourraient cesser dans quelques semaines si l’approvisionnement en EPI n’est pas garanti.

Depuis le début de la pandémie, la concurrence sur le marché des fournitures médicales a atteint des niveaux sans précédent, et de fortes mesures protectionnistes, comme les interdictions d’exportation, ont été instaurées dans de nombreux pays, entraînant des hausses de prix considérables et des pénuries généralisées, en particulier pour les EPI, éléments essentiels à la protection des travailleurs de la santé.

Nous avons besoin d’introduire de la transparence et de l’équité dans le marché de l’EPI, actuellement hors de contrôle. La régulation de ces équipements essentiels au niveau mondial ne peut reposer sur la seule loi du marché ou à de la raison d’État.

La mise en place, au niveau mondial par l’Organisation mondiale de la Santé, de mécanismes de régulation pour garantir la distribution équitable et transparente des EPI face à la pandémie Covid-19, est nécessaire de toute urgence, pour que tous les pays puissent protéger la vie des personnels de santé, et ainsi maintenir l’accès aux soins et répondre à la pandémie de Covid-19».