LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

L’exposition universelle de Dubaï est reportée en 2021 mais le gouvernement garde le cap

A un an jour pour jour du début de l’Exposition Universelle de Dubaï, le ministre de l’Economie et la Commissaire de l’Exposition ont fait le point sur le millésime 2020 qui sera ouvert avec un an de retard, crise COVID-19 oblige, du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022. Les organisateurs espèrent ainsi que d’ici là, la crise sera derrière nous et que les visiteurs pourront de nouveau se déplacer plus librement. «Après la crise du COVID-19 il va falloir reconnecter les gens», estime le Ministre de l’Economie Franz Fayot. Pour ce dernier, si l’événement est reporté d’un an, la programmation et les objectifs de la délégation luxembourgeoise n’ont pas changé: «La programmation ainsi que la journée luxembourgeoise du 23 janvier 2022 restent les mêmes, même s’il y aura moins de monde que prévu sur site, la stratégie commerciale reste la même». 

Du côté des organisateurs, la jauge des visiteurs a été revue à la baisse confirme la Commissaire du pavillon luxembourgeois, Maggy Nagel: «On parlait au départ de 25 millions de visiteurs, puis de 25 millions de visites, maintenant on parle de la qualité de l’exposition plutôt que de la quantité de visiteurs». Ainsi au Luxembourg sur les quasi 4.000 réservations de voyage via l’ULT, quelque deux tiers des clients ont ainsi souhaité reporter leur voyage. 

Faire rayonner le pays

Pour le Grand-Duché, l’objectif est de profiter de la visibilité de l’Exposition pour faire rayonner le pays, mais aussi renforcer les liens avec les pays du Golfe. La bonne nouvelle, c’est que les principaux sponsors (ArcelorMittal, Cargolux, RAK porcelain, Guardian Glass, MCM Steel et ULT) ont réitéré leur engagement, malgré les nouvelles dates et le report. Si l’extérieur du pavillon est quasiment bouclé, une centaine d’ouvriers se sont relayés matin et soir, ce sont quelque 220 ouvriers qui vont s’occuper désormais de l’intérieur du pavillon et de toute la scénographie. Selon Maggy Nagel, les travaux ont pu se poursuivre sans encombre, malgré la pandémie, mais la Commissaire assure que toutes les mesures sanitaires sont prises pour limiter les risques des employés sur place, même si 11 cas de COVID-19 parmi les ouvriers ont été relevés.

Cette dernière mettra en avant le pays sous toutes ses facettes: développement durable, industrie digitale, économie circulaire, coopération au développement, finance bien entendu mais aussi beauté de la nature seront évoqués. Un grand toboggan sera même installé au sein du pavillon pour le côté ludique. C’est l’Orchestre philharmonique du Luxembourg (OPL) qui s’occupe de la bande sonore de l’installation.  

Malgré certains coûts supplémentaires qui en découlent, dans les conditions actuelles, le budget initial de 32 millions d’euros pourra être respecté a indiqué le ministre jeudi lors d’un point presse. Après moultes tergiversations, ce budget voté en 2017 permettra d’englober les frais de démolition du pavillon une fois l’Exposition universelle terminée. Rien que rapatrier, trouver un terrain et reconstruire le pavillon au Luxembourg aurait coûté quelque 25 millions d’euros, une somme trop importante pour le gouvernement. Cependant, La commissaire a rappelé que 70% du matériel utilisé pour la construction sera néanmoins réutilisé ou recyclé à l’issue de l’exposition universelle. Une partie «importante» des réalisations intérieures seront également renvoyées au Grand-Duché afin d’être utilisées dans le cadre des activités de la promotion de l’image de marque du pays.

Enfin, la commissaire a lancé un appel à candidatures, car plusieurs postes sont encore vacants à Dubaï, notamment pour des volontaires assurant l’accueil des visiteurs dans le pavillon. L’appel s’adresse à toute personne parlant luxembourgeois et anglais, motivée à travailler bénévolement pendant un mois. Les billets d’avion sont pris en charge par les organisateurs, ainsi que le logement dans l’Expo Village et une indemnité de repas.