LUXEMBOURG
LJ

La Chambre des Métiers lance 36 propositions pour la relance du secteur

Le déconfinement pourrait avancer plus rapidement qu’annoncé. C’est ce qu’estime en tout cas la Chambre des Métiers. Elle est ainsi d’avis que si, dans le cadre de la période de monitoring actuelle, le nombre de personnes infectées n’a pas augmenté massivement, le déconfinement devrait être élargi en «phase 2»à partir du 11 mai prochain tout en prévoyant à court terme la reprise d’autres activités artisanales, dont notamment les salons de consommation des boulangeries-pâtisseries, les showrooms, les métiers de la santé/hygiène (coiffure, esthétique, pédicure, tatoueur...) ou encore les photographes. Ceci évidemment dans le respect de conditions sanitaires très strictes. D’ailleurs, la Chambre des Métiers s’est déjà associée au Service de Santé au Travail Multisectoriel pour élaborer des instruments à cette fin.

Une «roadmap» à suivre étroitement

Mais la chambre professionnelle recommande aussi d’officialiser un «Plan global de relance économique» en deux étapes et structuré autour de plusieurs axes prioritaires. «Elle est d’avis que la «roadmap» (gouvernementale, avec une phase I de relance en mai et une autre s’étalant jusqu’en fin d’année, ndlr) ne pourra être mise en œuvre qu’avec une gouvernance économique claire et des initiatives permettant de cadrer les mesures en termes de communication, de guidance et de conseil des PME artisanales», lit-on dans le papier de la chambre, qui propose par exemple la mise en place d’un coordinateur national de la reprise progressive et surtout de la relance des activités économiques, la création d’une task-force assistance-conseil post-COVID-19 auprès de la Chambre des Métiers et de la Chambre de Commerce, une mesure de soutien financière aux entreprises par l’introduction d’une aide directe afin de couvrir les coûts d’investissement somme toutes considérables dans des équipements et matériels sanitaires ou encore l’annulation des charges patronales des mois d’avril, de mai et de juin 2020.

Parmi les autres recommandations: la création d’un fonds national de solidarité regroupant des fonds européens, nationaux, sectoriels et privés, la mise en œuvre d’une mesure d’exonération (pendant trois ans) en termes de cotisations sociales du premier emploi créé dans une entreprise ou encore le lancement d’une «Task-Force Indépendants»auprès du Ministère de l’Economie afin de renforcer le statut des indépendants8par rapport au statut des salariés. On retrouve aussi la revendication d’une réorganisation du congé collectif d’été (et d’hiver) afin de permettre la réalisation des commandes reportées suite à la crise sanitaire, le renforcement du soutien des entreprises en direction d’une «digitalisation» ou encore une réforme des principes de cofinancement de la formation continue des entreprises.


Le papier intégral: tinyurl.com/CDMrelance