ESCH/BELVAL
AUDREY SOMNARD

HP présente à Belval le bureau du futur pour ses clients

Plus connecté, plus modulable, plus agréable, HP présente pendant une semaine le bureau du futur en format «pop-up» sur le parking Square Mile de Belval. Cela ressemble à un café design . Meubles en bois, luminaires, bar en cuir: les dirigeants de HP Belux ont invité la presse à un tour du propriétaire pour dévoiler leur nouveau concept de bureau du futur. L’entreprise s’est basée sur une étude portant sur le bien-être des employés: ils sont 20% à être stressés au Luxembourg, 33% lisent leurs e-mails professionnels avant même de se lever, 66% les lisent avant de se coucher.

De plus, la génération des millenials arrive: ces derniers veulent plus de flexibilité, de reconnaissance, ils ne sont plus attachés aux objets. Une tendance de fond qui se retrouve dans l’histoire des bureaux. Du petit bureau, aux petits cubicules, aux grands «open spaces», les modes ont traversé les décennies. Aujourd’hui la technologie permet de rebattre les cartes. «Les limites de ce modèle de grand plateau de travail sont atteintes, seulement 20% des employés se disent motivés. La communication entre les équipes est plébiscitée, mais le bruit reste un fléau qui perturbe la productivité. Il faut concevoir des espaces où chaque activité est respectée», estime Dirk Slachmuylder, «General Manager» de HP Belux. C’est un véritable travail d’équilibriste, car les employés veulent être autonomes tout en recevant des retours régulièrement. «Tout est question de flexibilité et de confiance», estime le responsable.

Tout est pensé pour optimiser l’espace

HP est donc entré en réflexion pour imaginer le bureau du futur: celui où les employés seraient à l’aise pour travailler, leur productivité à leur maximum, dans un environnement sain et agréable, et bien sûr connecté à tous les outils technologiques dernier cri. Le groupe s’est basé sur plusieurs critères: le phénomène d’urbanisation incite les entreprises à choisir des surfaces plus petites, le mètre carré coûte cher, d’autant plus à Luxembourg. Avec le phénomène de «hot desking», de télétravail et des bureaux satellites, les employés n’ont plus de bureau attitré, ce qui veut dire moins de surface nécessaire pour les entreprises. Cet espace se doit d’être le plus sain possible, HP mise sur la mousse, le bois, des matières naturelles qui font baisser le niveau de stress, ainsi que celui du bruit.

Du côté de la technologie, les dirigeants de HP évoquent un nouveau phénomène, celui de la «phygitalisation», un croisement entre les nouvelles technologies et les bonnes vieilles méthodes, comme celles de prendre des notes avec un bloc-notes et un crayon. Des géants comme Amazon ont bien compris ces enjeux en ouvrant des librairies «physiques» estampillées Amazon. L’intérêt est de pouvoir feuilleter et repartir avec son livre au lieu d’attendre la livraison quelques jours plus tard, mais cette clientèle n’a plus envie de faire la queue à la caisse et les processus de paiement sont facilités. Un bon équilibre trouvé pour cette nouvelle génération qui ne veut pas attendre et qui maîtrise les nouvelles technologies de façon tout à fait naturelles.

Pour HP, l’approche est un peu la même. Au sein du «pop-up», après une présentation autour du bar, les explications se poursuivent dans la pièce suivante qui ressemble à s’y méprendre à une salle de réunion. Sauf que la table n’a pas de pieds. Elle est modulable en hauteur: elle sert comme table de réunion où les intéressés sont assis, plus haut pour une réunion informelle où l’on s’y accoude, ou encore elle peut remonter jusqu’au plafond pour un événement où les participants seront debout. Sur les côtés des placards s’ouvrent et deviennent des espaces de bureaux ponctuels, tout est pensé pour optimiser l’espace, un peu à l’image d’une célèbre marque de meubles suédoise.

HP pense à tout

Pour son concept, HP a développé ses meubles modulaires, mais à écouter ses dirigeants, la firme n’a rien à vendre. Avec une cinquantaine de revendeurs au Luxembourg, HP espère que des clients vont avoir un intérêt pour moderniser ses espaces de bureaux, mais que des spécialistes de meubles etc vont s’intéresser également à ce projet. Mais quel est donc l’intérêt du géant américain pour ce «bureau du futur» alors? «Nous souhaitons donner de l’inspiration à nos clients, montrer ce qui est possible avec ce «pop-up» et donner des idées concrètes pour améliorer le bien-être de leurs employés. Les entreprises voient dans l’IT et les bureaux un coût alors qu’améliorer la productivité est primordial», insiste Dirk Slachmuylder.

Mais à y regarder de plus près, ce bureau du futur est néanmoins truffé de nouvelles technologies, que ce soit des connectiques pour brancher son ordinateur sur plusieurs écrans, un module pour les téléconférences, et même des outils pour rendre les vidéoconférences plus vivantes, avec des outils de réalité virtuelle. HP pense à tout, même à suggérer des outils pour le télétravail, afin que l’employé se sente aussi bien à la maison qu’au bureau. De préférence avec des outils HP.