LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Les entreprises vont pouvoir souffler grâce à une série d’aides et de souplesses aux crédits

Coronavirus oblige, la Chambre de Commerce et le ministère des Classes moyennes ont organisé vendredi un point presse pour désamorcer les craintes qui montent, notamment dans le secteur de l’Horesca et du commerce. Ceci pour annoncer des aides pour les entreprises qui sont en première ligne dans une crise qui rappelle les heures sombres du 11 septembre 2001 et de la crise de 2008: l’objectif est de réinitialiser l’économie et de régler les problèmes de trésorerie et de liquidités, a expliqué le président de la Chambre de Commerce Luc Frieden qui a présenté vendredi conjointement avec le ministre Lex Delles la série de mesures mises en place pour venir en aide aux entreprises. Un cautionnement spécifique sous la forme d’une garantie est proposé par la Chambre de Commerce via sa Mutualité de Cautionnement aux entreprises qui auront besoin d’une ligne de crédit ou d’un prêt bancaire. Ce cautionnement d’une hauteur de 50% du crédit porte sur un montant maximum de 250.000 euros.

Afin de garantir une aide rapide aux entreprises qui en feront la demande, une procédure d’analyse des dossiers endéans les 48 heures a été mise place. «Il fallait une réponse pragmatique, rapide et efficace pour répondre aux problèmes de trésorerie, qui complètera les mesures de chômage partiel, pour assurer la continuité des entreprises en cette période difficile», a expliqué Luc Frieden.

Chômage partiel et aides étatiques

Les entreprises qui souhaitent profiter de ce cautionnement devront en faire la demande directement auprès de leur banque, qui décidera du déblocage du crédit. La Chambre de Commerce est en contact avec les banques pour organiser la mise à disposition de ce nouveau service. De plus, des informations sur cet instrument de crise peuvent être demandées au numéro mis en place spécialement: 42 39 39 – 445. Cette nouvelle helpline a pour but d’aider les entreprises en leur fournissant une information en temps réel. Elle fonctionnera à partir de lundi pendant les jours ouvrables de 9.00 à 12.00 et de 14.00 à 17.00 pour répondre aux questions des entreprises touchant à des thématiques diverses, telles que le chômage partiel et les aides étatiques et publiques mises en place par les autorités et la Chambre de Commerce. Il sera également possible de joindre cette helpline via e-mail à l’adresse covid19@houseofentrepreneurship.lu.

Ce nouveau service d’assistance téléphonique n’a pas pour but de répondre à des questions sanitaires, qui sont, elles, prises en charge par le ministère de la Santé. Luc Frieden a assuré que les banques «joueraient le jeu. Les entreprises sont leurs clients et elles apprécient ces garanties qui vont leur permettre d’accorder plus facilement des crédits».

Toutes ces mesures seront complémentaires au projet de loi adopté au Conseil de gouvernement du 11 mars dernier pour introduire un régime d’aide visant à compléter les instruments d’aides pour soutenir PME qui se trouvent en difficulté financière temporaire suite «aux répercussions d’un événement exceptionnel et imprévisible d’envergure nationale ou internationale».

Un vent de panique

Si ces mesures ont pour but de rassurer les entreprises, du côté des consommateurs, c’est la panique qui règne. Ainsi les supermarchés ont littéralement été dévalisés vendredi, avec des scènes de longues queues aux caisses et de rayons vides. Du côté de la direction de Cactus, on observe un effet Covid-19 dans les rayons, mais le distributeur luxembourgeois se veut rassurant et mise sur la proximité: «Nous avons en effet constaté une affluence importante dans nos magasins depuis le 12 mars, ayant conduit à des ruptures ponctuelles sur certains articles. Nous disposons d’un approvisionnement performant avec des circuits courts depuis nos trois dépôts à Windhof, Capellen et Bertrange qui nous permettront d’adapter notre approvisionnement en conséquence et d’augmenter la fréquence de livraison si nécessaire».

Pour la direction d’Auchan, la situation est similaire avec des scènes surréalistes à l’ouverture du magasin du Kirchberg vendredi matin notamment. Une porte-parole de la direction confirme que les stocks ont été dévalisés tout en se voulant rassurant vendredi: «Nos clients étaient nombreux tôt ce matin à venir faire leurs achats. Nous avons des ruptures sur les produits à conservation longue, comme les pâtes, le riz, et les conserves mais nous sommes pour l’instant en capacité de réapprovisionner nos magasins pour le lendemain. Nous appelons au civisme et au respect de chacun, dans la situation actuelle il est indispensable de penser à l’entraide vis à vis des personnes les plus fragiles et qui ont besoin également de produits de première nécessité. Encore une fois nous sommes en mesure d’assurer le réapprovisionnement de nos magasins dans la limite d’une consommation respectueuse et raisonnée».

De son côté, le syndicat des pharmaciens a assuré vendredi par communiqué que le stock des médicaments n’était pas en risque de pénurie, mais appelle les personnes présentant des symptômes de ne pas se rendre elles-même en pharmacie pour éviter de propager le virus au personnel.