LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Lors de ses voeux à la presse, ArcelorMittal a réitéré sa demande de certificats d’émission

C’est désormais une tradition, la presse était invitée à la réception du Nouvel An d’ArcelorMittal, ce vendredi à Luxembourg. Mais nouveauté, cette année, l’évènement n’a pas eu lieu au siège du boulevard de la Liberté mais dans les nouveaux locaux du groupe, au boulevard d’Avranches. Le directeur général n’a pas manqué de souligner ce déménagement, tout comme ses raisons: budgétaires.

La crise toujours présente

Car l’année 2012 est loin d’avoir été rose pour le géant de l’acier. «Et davantage en Europe qu’ailleurs», a pointé Michel Wurth. En cause: les incertitudes économiques liées à la crise de l’euro, la désindustrialisation, et un euro fort qui freine l’exportation. Mais ce n’est pas tout, Arcelor Mittal a également pâti de «désavantages compétitifs dans certains domaines comme les prix de l’énergie et les quotas environnementaux». Ces derniers retiennent particulièrement l’attention du directeur général Luxembourgeois: «Quand je regarde le plan de production, nous n’avons pas suffisamment de certificats de CO2 pour réaliser la production souhaitée au Luxembourg», explique-t-il.

Un refus en last minute

Le responsable est également revenu sur la dénonciation de l’accord de convention collective par le groupe sidérurgique, en décembre dernier. Pour l’industriel, il s’agit de se préparer au statut unique. «Nous allons proposer aux syndicats un accord de méthode pour avoir une nouvelle convention collective à la fin de l’année». Quant aux raisons de cette rupture soudaine, Michel Wurth est forme: «On avait proposé aux syndicats de dénoncer ensemble l’accord mais ils ont refusé en dernière minute». Pourquoi? «Peut-être à cause des élections sociales», avance le directeur. Ses bons vœux ont bien été reçus. Reste maintenant à voir ce que 2013 réservera au groupe.

Entre la préparation d’une nouvelle convention collective et la gestion de ses neuf sites de production au Grand-Duché, l’année s’annonce d’ores et déjà chargée.