LUXEMBOURG
RENÉ MATHIEU

Le 8 mars, l’a.s.b.l. Food-a-Mental organise un cours de cuisine exclusivement féminin. Si chez les particuliers la cuisine est souvent une activité mixte, force est de constater que le secteur des professionnels de la restauration est encore largement masculin. Le porte-voix de l’organisation et chef du restaurant La Distillerie René Mathieu nous détaille les ambitions et la philosophie de Food-a-Mental.

«La femme a sa place comme qui que ce soit d’ailleurs dans une cuisine. Mais je pense qu’aujourd’hui, il y a moins de femmes dans la restauration parce que c’est un métier très dur avec des contraintes. Les choses sont en train de changer et au sein de Food-a-Mental, nous avons sur nos onze membres trois femmes issues d’horizons différents. Une restauratrice: Rachel Rameau, une pâtissière: Cathy Goedert et une femme d’affaires active dans la restauration Stéphanie Jauquet.

Cela reflète bien la diversité des métiers qui existent au sein de la restauration. Elles ont chacune pris goût à ce secteur qui est primordial aussi bien pour l’économie, le tourisme et l’agriculture. Nous voulons aussi mettre en avant le personnel de salle car il a également besoin d’une meilleure visibilité. Nous rencontrons actuellement des difficultés à recruter du personnel, c’est difficile. Mais une fois que vous avez mis le pied à l’étrier, c’est plein de challenges stimulants et on a envie d’avancer.

Nous avons créé Food-a-Mental l’été dernier pour rassembler des chefs de tous horizons, sans être élitistes, afin de communiquer sur les valeurs qui priment dans notre profession: le respect des saisons, de l’environnement et du terroir. Nous prônons l’approvisionnement local pour profiter de ce que la saison que l’on vit a à nous offrir.

Voilà pourquoi nous organisons des manifestations ouvertes à tous, comme celle du 8 mars où pour l’occasion, les hommes seront des commis et ce seront les femmes qui dirigeront. On a oublié nos racines, c’est sur base de ce constat que Food-a-Mental veut rappeler au respect des saisons et ouvrir les cuisines de ses membres au public, afin qu’il découvre des personnes passionnées et des métiers passionnants.»